Vingt ans après 1998, la France s'offre une deuxième étoile : les Bleus sont champions du monde!

Florent Malice
Florent Malice depuis Moscou
Vingt ans après 1998, la France s'offre une deuxième étoile : les Bleus sont champions du monde!
Photo: © photonews

Ils l'ont fait : les Bleus ont ponctué ce parcours russe par une victoire finale qui résume parfaitement leur Mondial - de la réussite, de la maîtrise et des contres meurtriers. La France est championne du monde.

On ne peut pas s'empêcher de ressentir une pointe d'amertume en voyant les drapeaux de la France et de la Croatie être déployés après la cérémonie de clôture de cette Coupe du Monde, de se dire "ça aurait pu (dû?) être nous". Trop tard pour les regrets : France - Croatie, c'est bien la finale, une finale surprenante entre une jeune Equipe de France qui rêve d'égaler 1998 vingt ans plus tard et une Croatie expérimentée dont c'est probablement le baroud d'honneur. 

Et si les Croates semblaient proprement carbonisés lors de la demi-finale, ils entament cette rencontre historique tambour battant, dominant largement la France sur le plan technique grâce notamment à un Modric en forme. Les Bleus plient, mais leur cynisme frappe à nouveau : comme contre la Belgique, une phase arrêtée leur permet de prendre les devants lorsque Mandzukic trompe son propre portier sur coup-franc (19'). 

La Croatie semble assomée et on se dit qu'il faudra un coup de génie pour que cette équipe, qui a disputé trois prolongations en trois matchs à élimination directe, puisse revenir dans le coup. Ivan Perisic passera par là : d'un enchaînement superbe, il élimine N'golo Kanté et fusille Lloris (28'). Sa joie durera dix minutes : main sur corner, VAR, penalty particulièrement contestable... et Griezmann qui ne se pose pas de questions (2-1, 38'). 

La Croatie craque 

On assiste dès lors et de manière prévisible... à un remake de la demi-finale : la Croatie pousse, la France fait le gros dos. Comme la Belgique, la Croatie, notamment très imprécise dans ses centres, ne trouve pas la faille... mais contrairement aux Diables les Croates sont à bout de souffle. Paul Pogba en profite sur un second ballon : laissé bien trop seul, il  le temps de frapper à deux reprises pour planter le troisième (3-1, 59'). 

Les vannes sont ouverte : un très joli dribble de Lucas Hernandez sert Kylian Mbappé, trop seul à son tour, qui fixe son vis-à-vis et tue le match (4-1, 65'). Et ce malgré une incroyable boulette d'Hugo Lloris devant Mario Mandzukic, qui maintient l'espoir croate (4-2, 69'). Une gaffe qui nous fait sourire, pas par mesquinerie mais bien parce qu'elle offre probablement à Thibaut Courtois le trophée de gardien du tournoi alors que Lloris réalisait jusque là le match parfait, sortant notamment une frappe de Rebic en début de seconde période... 

Mais cette France aura décidément tenu bon jusqu'au bout et fait preuve d'une maturité inattendue : aucun doute ne se ressent chez les hommes de Didier Deschamps, dont la chance aura certes encore frappé en première période. Comme ceux des Belges, les rêves croates se sont fracassés sur une muraille bleue. La France, 20 ans après 1998, tient sa deuxième étoile...