Deviens fan! 38

Favoris de la Coupe du Monde 2022

Qui sont les favoris de chaque poule de la Coupe du Monde 2022 ?  Découvrez ici tous les favoris du Mondial. Les Diables Rouges évolueront au sein du groupe F.

Favoris de la Coupe du Monde 2022

Le 21 novembre prochain débutera la Coupe du Monde 2022 au Qatar (Calendrier). Pour la seconde fois consécutive, l'Italie, pourtant championne d'Europe entre temps, sera absente. Ce sera le seul grand absent parmi les nations reines du football mondial. Qui sera de la partie ? Qui seront les grands favooris et outsiders de la Coupe du Monde ?


Selon l'agence de paris BETFIRST, le Brésil est actuellement le favori des parieurs avec une cote à 5,50. Suivent : l'Anglererre (7,00), la France (7,00), l'Espagne (8,50), l'Argentine (8,50), l'Allemagne (11,00), le Portugal (13,00) et les Pays-Bas (13,00). La Belgique est actuellement parmi les outsiders avec une cote à 13,00 elle aussi.

Les vainqueurs potentiels de la Coupe du Monde 2022

Les vainqueurs potentiels du Mondial 2022 sont :
•    Brésil
•    Angleterre
•    France
•    Espagne
•    Argentine
•    Allemagne
•    Portugal
•    Pays-Bas
•    Belgique

Favoris du groupe A

Traditionnellement, le pays-hôte ouvre le bal. Cette fois, cependant, le premier match du tournoi sera Sénégal-Pays-Bas, le 21 novembre à 11h. Le Qatar entamera son tournoi six heures plus tard contre l'Equateur.


Alors que le Qatar, en tant que pays-hôte, était dans le chapeau 1, les Pays-Bas sont naturellement les grands favoris de leur groupe. Louis Van Gaal peut compter sur quelques grands talents tels que Virgil Van Dijk, Memphis Depays, Frenkie de Jong ou encore Mathijs de Ligt pour emmener une nouvelle génération d'Oranje. Les Pays-Bas ont récemment giflé les Diables Rouges à Bruxelles. Après leur absence choc au Mondial 2018,  ils arrivent gonflés à bloc pour réaliser un nouvel exploit, 12 ans après leur finale perdue d'un cheveu en 2010 contre l'Espagne.


 

Le Sénégal veut de son côté créer la surprise. Les champions d'Afrique peuvent compter sur des stars telles que Sadio Mané, le portier de Chelsea Edouard Mendy ou encore l'ancien de Genk Kalidou Koulibaly. En 2018, les Lions de la Teranga ont terminé troisième de leur groupe derrière la Colombie et le Japon, mais devant la Pologne.


Le Qatar tentera de son côté surtout de ne pas être le second pays-hôte de l'histoire de la Coupe du Monde à ne pas être éliminé dès les poules. L'Afrique du Sud avait été le premier, en 2010, à ne pas disputer la phase à élimination directe de « son » Mondial. Champion d'Asie, le Qatar a les armes pour faire mieux.


 

Le match d'ouverture entre le Qatar et l'Equateur, « petit poucet » de ce groupe, sera donc crucial car trois points pourraient fournir un sacré boost au vainqueur. Coté équatorien, on retrouve l'ailier de Genk, Angelo Preciado. Akram Afif, ex-Eupen, sera à suivre côté qatarien. Il avait disputé 42 matchs pour les Pandas. À Al-Sadd, son club actuel, il reste sur une fantastique saison (13 buts, 17 assists en 18 matchs de championnat).

Favoris du groupe B

Sans surprise, l'Angleterre est le favori à la première place de ce groupe B. Selon les parieurs, l'Iran, les USA et le Pays de Galles se disputeront la seconde place.


 

Il faut dire que Gareth Southgate peut compter sur un groupe qui a terminé 4e de la Coupe du Monde 2018, avant d'échouer en finale lors de l'Euro suivant. Les attaquants  Harry Kane, Jack Grealish et Raheem Sterling ont la qualité individuelle pour faire la différence. Les jeunes talents anglais au milieu de terrain ont également la cote: Phil Foden, Jude Bellingham, Mason Mount et Declan Rice ont déjà prouvé toutes leurs qualités. Reste à transformer l'essai.
 
Les USA, eux, se sont qualifiés péniblement pour la Coupe du Monde 2022. Sous la houlette de Gregg Berhalter, ils termineront troisièmes de la poule CONCACAF derrière le Canada et le Mexique.  Christian Pulisic est la star de l'équipe. On peut imaginer les États-Unis se battre pour la seconde place du groupe, mais il faudra compter sur la concurrence du Pays de Galles. Qualifiés via les barrages, les Gallois n'ont pas le lustre de leurs voisins anglais. Mais avec un capitaine comme Gareth Bale, tout est possible, et le Pays de Galles a pris l'habitude de réaliser des exploits...comme en 2016 face à la Belgique, à l'Euro. Du côté de l'Iran, on devra tenter de se faire respecter. Les supporters belges suivront avec attention les performances d'Ali Gholizadeh, l'ailier du Sporting Charleroi.

 

Favoris du groupe C

L'Argentine est le favori évident de ce groupe. Quatrièmes au classement FIFA, les Argentins n'ont cependant plus soulevé de Coupe du Monde depuis 1986, emmenés par Diego Maradona.  
Encore une fois, l'Argentine comptera sur un héros, dont cela risque d'être la dernière grande compétition : Lionel Messi. Le septuple Ballon d'Or tentera de briller une ultime fois et de remporter le seul trophée qui lui fait défaut. Il sera accompagné de stars comme Lautaro Martinez, Rodrigo De Paul ou encore Angel di Maria. L'Albiceleste est invaincue depuis le 2 juillet 2019, rien que ça. 

Derrière, il faudra compter avec le Mexique. Neuvième au classement FIFA, « El Tri » réussit systématiquement à sortir des groupes et sera donc le favori pour accompagner l'Argentine. C'est plus tard que le Mexique a du mal, puisque les coéquipiers de Guillermo Ochoa ont goûté à l'élimination en 8es à chaque reprise depuis 1990.  

La Pologne, de son côté, voudra faire mieux qu'en 2018. Elle avait alors terminé dernière de sa poule. Mais en dehors du talent de Robert Lewandowski et de l'expérience de Wojciech Szczesny entre les perches, la Pologne n'a pas réellement développé de génération spontanée permettant de rêver. Les prestations récentes en Ligue des Nations n'incitent pas à l'optimisme pour la 26e nation mondiale.

L'Arabie Saoudite, 49e au classement mondial, fera office de maillon faible dans ce groupe et tentera de perturber au mieux les plans des favoris. Fait rare, aucun des joueurs du noyau d'Hervé Renard n'évolue hors du championnat saoudien. 

Favoris du groupe D

La France est naturellement le grand favori de ce groupe, en tant que champion en titre. Les Bleus sont toujours une nation sur laquelle compter, ayant notamment remporté le Final Four de la Nations League l'année passée. Kylian Mbappé, Karim Benzema, Paul Pogba,  Antoine Griezmann et leurs équipiers vont cependant devoir faire oublier un échec cuisant en quart de finale de l'Euro 2020. La Ligue des Nations n'a pas non plus commencé sous les meilleurs auspices puisque la France a déjà perdu toute chance de disputer la phase finale. Ce sont donc des Bleus revanchards qui arriveront au Qatar en novembre.  

Il leur faudra se méfier du Danemark. Contre les pronostics et malgré le drame Christian Eriksen, les Scandinaves s'étaient hissés en demi-finale à l'Euro 2020. Dotés d'une génération brillante et ayant retrouvé Eriksen, les Danois voudront confirmer. Ils peuvent être l'une des excellentes surprises du tournoi. Plusieurs têtes connues de Pro League pourraient en être : Casper Nielsen (Union), Andreas Skov Olsen (Club de Bruges) ou Joakim Maehle (ex-Genk) par exemple.  

Adversaire de la Belgique en 2018, la Tunisie voudra se mêler à la bataille pour la qualification, visant la seconde place. Toujours aidée de joueurs très techniques tels le médian de Saint-Etienne Wabi Khazri, la Tunisie ne compte cependant pas de grande star. Les Aigles de Carthage, 35e au classement FIFA, tenteront de surprendre.

Et pour surprendre, il faudra probablement réussir quelque chose face à la solide Australie, 42e mondiale au moment d'écrire ces lignes. Les Socceroos se sont qualifiés aux tirs au but face au Pérou, pourtant supérieur en beaucoup de points. Pour la seule équipe océanienne du tournoi (qualifiée, cependant, via...la zone Asie), participer est déjà une réussite...mais pourquoi ne pas rêver ?  

Favoris du groupe E

Tient-on là le « groupe de la mort » ? Difficile, en tout cas, de pointer un favori à la première place entre l'Espagne et l'Allemagne, ogres de la poule. L'Espagne n'est « que » 7e mondiale mais est en énorme progrès, et a disputé un Euro 2020 de haut vol en terminant 3e. Les surdoués Gavi, Pedri ou encore Ferran Torres auront-ils emmagasiné l'expérience nécessaire pour tirer leur équipe vers le titre cette fois ?  

Dès la phase de groupes, l'Espagne aura en tout cas droit à un gros test en la personne de l'Allemagne. Si la Mannschaft de Hansi Flick n'a pas encore totalement retrouvé sa réputation d'invincibilité, elle est sur le chemin de la rédemption. Il le faudra bien après une élimination...en poules au Mondial 2018. Depuis l'Euro 2020, l'Allemagne n'a plus perdu un seul match. Manuel Neur, Kai Havertz, Joshua Kimmich et leurs équipiers veulent rentrer dans l'histoire à leur tour et offrir un 5e titre mondial à l'Allemagne, ce qui lui permettrait d'égaler le record brésilien.  

Pour le Japon, autant dire que ce n'est pas un cadeau d'être versé dans ce groupe. Mais tout point pris face à l'un des deux géants peut rebattre les cartes. Les Nippons ont déjà prouvé qu'ils pouvaient surprendre et sont une équipe difficile à manier. La Belgique peut en témoigner. Côté Pro League, ce sera une véritable galerie de têtes connues. Daniel Schmidt, Daichi Hayashi et Daiki Hashioka (STVV) peuvent espérer en être, Junya Ito (Genk) et Kaoru Mitoma (Union) devraient en être. Koji Miyoshi (Antwerp) et Tatsuhiro Sakamoto (Ostende) sont également internationaux réguliers. Entre les perches, on retrouve l'éternel Eiji Kawashima (ex-Standard).  

Et si on parle de groupe de la mort, c'est aussi parce que les deux équipes accompagnant le duo Espagne-Allemagne est loin de faire de la figuration. Le Costa Rica, 31e au classement mondial au moment d'écrire ces lignes, est passé par les barrages intercontinentaux pour se qualifier. Il est donc devenu le 4e pays de la zone CONCACAF à rejoindre le Qatar. Et il ne se rendra pas sans lutter, avec ses armes que sont un football souvent léché, mais aussi très physique quand il le faut.  

Favoris du groupe F

Voilà un autre très beau groupe sur papier, et c'est celui au sein duquel a été placée la Belgique. Les Diables Rouges, toujours deuxièmes au ranking FIFA seront les favoris mais devra compter avec la concurrence de la Croatie pour la première place du groupe. Les Belges étaient parmi les favoris en 2018, ils ne seront qu'outsiders cette fois. Roberto Martinez pourra-t-il compter sur un Kevin De Bruyne motivé, un Eden Hazard retrouvé, un Romelu Lukaku relancé ? Sans cela, il faudra rester attentifs même en poules.

  

La Croatie reste une machine bien huilée même si la génération finaliste en 2018 paraissait déjà en fin de cycle. Luka Modric, Ivan Rakitic et Marcelo Brozovic ne paraissent pas avoir baissé de niveau depuis, Modric semblant même se bonifier avec l'âge. Ivan Perisic (ex-Bruges) a tenté un transfert osé à Tottenham et peut toujours amener beaucoup. Ne manque peut-être qu'un vrai tueur devant et de nouveaux cadres en défense pour rêver en grand. 

L'une des équipes à suivre dans cette phase de groupes sera peut-être le Canada. Qualifié en dominant la zone CONCACAF, le Canada n'avait plus participé à une Coupe du Monde depuis 1986. Avec Alphonso Davies, les Canadiens comptent une star dans leurs rangs, mais c'est surtout la ligne d'attaque emmenée par Jonathan David et Tajon Buchanan (Bruges) qui peut surprendre. Rapide et physique, le Canada visera l'exploit.  

Les Canadiens ne seront pas les seuls à vouloir créer la surprise. Le Maroc et ses nombreuses vieilles connaissances ne sera pas un oiseau pour le chat. Les Lions de l'Atlas ont dû passer par les barrages, éliminant la RDC, pour se rendre au Qatar. Tarik Tissoudali, qui a épaté la Belgique avec La Gantoise, s'est déjà imposé comme un atout offensif important. Ryan Mmaee, Belgo-Marocain, espère en être. Et « Coach Vahid » peut bien sûr compter sur sa star Achraf Hakimi derrière. Il se passe cependant jusqu'ici de Hakim Ziyech, à la surprise générale. Le Maroc peut-il porter haut les couleurs du continent africain ? 

Favoris du groupe G

Le Brésil est tout bonnement le favori du tournoi, et sera donc naturellement le favori de son groupe. Impossible d'énumérer toutes les stars présentes chez le quintuple vainqueur du tournoi. Neymar espère entrer dans la légende en remportant sa première Coupe du Monde. En 2018, de belle mémoire pour les Belges, le Brésil était éliminé dès les quarts, de justesse. La même génération sera de retour, avec des cadres comme Casemiro, Alisson, Fabinho mais aussi de jeunes talents comme Vinicius Junior. Difficile de voir la Seleçao peiner dans son groupe.

 

Comme en 2018, la Serbie affrontera le Brésil en poules. Les équipiers du goleador Aleksandar Mitrovic (ex-Anderlecht) semblent progresser à chaque grand tournoi mais toujours manquer d'un petit quelque chose. Cette fois, ils viseront cependant clairement la phase à élimination directe. Dusan Vlahovic épaulera Mitrovic devant, Dusan Tadic sera chargé de les approvisionner. Mais le hasard veut qu'encore une fois, la Serbie et le Brésil soient confrontés à la Suisse.

La Suisse s'est en effet encore qualifiée pour la Coupe du Monde en 2022, et commence à devenir une équipe sur laquelle compter. En 2018, « La Nati » avait atteint les 8es de finale, avant de ne céder qu'aux tirs au but en 2020 face à l'Espagne en quarts de finale. Granit Xhaka, Xherdan Shaqiri, Breel Embolo et leurs coéquipiers montent donc en puissance sans faire de bruit. Une génération quelque peu spontanée, dans sa trentaine et qui arrive à maturité : la Suisse a-t-elle le profil d'une « Croatie 2018 » ?

La Suisse entame sa compétition face au Cameroun et ne devra pas se louper. Habitué des Coupes du Monde, le Cameroun n'a pas brillé en 2014 pour sa dernière qualification. Les Lions Indomptables avaient perdu trois fois, notamment face au Brésil. Certains voient ce Mondial comme une occasion de briller pour l'Afrique. Le Cameroun peut-il y créer une grosse surprise dans son groupe ?

Favoris du groupe H

Et s'il était là, le groupe le plus serré du tournoi ? Le Portugal, l'Uruguay, la Corée du Sud ont tous leur mot à dire pour la qualification. Mais le favori à la victoire du groupe, c'est bien le Portugal. Le vainqueur de l'Euro 2016 et de la Nations League 2019 cherche toujours sa première Coupe du Monde. Ce sera la dernière chance de Cristiano Ronaldo, qu'on imagine très motivé. Avec des génies créatifs comme Bruno Fernandes, Diogo Jota ou Bernardo Silva, mais aussi une charnière centrale traditionnellement très rugueuse toujours emmenée par Pepe, le Portugal voudra faire mieux qu'en 2018. La Seleçao avait été éliminée par...l'Uruguay en 8es de finale.

 

Le hasard a donc décidé de retrouvailles, mais l'Uruguay n'est plus aussi fringant que depuis ce quart de finale en 2018. Sans son iconique entraîneur Walter Tabarez, la Celeste a parfois peiné en qualifications. L'expérimenté duo Cavani-Suarez devant, et les tout aussi expérimentés Godin et Muslera derrière devront réussir quelque chose pour que l'Uruguay ait sa chance.

En 2018, la Corée du Sud avait rappelé qu'elle était capable de battre n'importe qui. Les Asiatiques avaient en effet fait chuter l'Allemagne en poules, sans se qualifier pour autant. Portugal et Uruguay sont prévenus. Heung-Min Son et ses équipiers veulent être un vent de fraîcheur.

Le Ghana, de son côté, a surpris en éliminant le Nigeria, géant d'Afrique, en barrages. Les Black Stars ont atteint les quarts de finale en 2010, mais tout ça est loin derrière eux. En 2014, le Ghana prenait un seul point, mais c'était face à l'Allemagne. Méfiance donc : Denis Odoi (Bruges), Majeed Ashimeru (Anderlecht) et leurs équipiers peuvent accrocher des adversaires solides.