Standard - Cercle de Bruges

Heureusement pour le Standard, le MPH time existe vraiment
Jordan Horwood
Jordan Horwood depuis Sclessin
| 0 réaction
Heureusement pour le Standard, le MPH time existe vraiment

Le Standard n'apprend plus de ses erreurs. Après avoir pris les devants, l'équipe liégeoise s'est encore spécialisée dans le gaspillage. Elle n'a ensuite pu se remettre du but égalisateur tombé avant l'entame du dernier quart d'heure. Mais comme à Eupen, elle s'impose sur le fil.

Pour la première fois de la saison, la température était déjà descendue aux normes hivernales à Sclessin. Et ce ne sont pas les vingt premières minutes qui ont permis de faire oublier ce froid aux supporters. La jeune équipe du Cercle se mettait d'ailleurs la plus en évidence offensivement, avec deux tirs de Kylian Hazard en début de partie. 

Pas des plus frais après le déplacement à Guimaraes, le Standard allait tout de même prendre les devants avant la demi-heure sur une superbe action. Mpoku cédait à Carcela d'une talonnade, le Marocain se jouait de Dekuyper d'un petit-pont avant de lancer Oularé. L'attaquant attendait Mpoku qui remontait sur le côté droit, le Congolais allait chercher lui, au sol, Selim Amallah avant le premier poteau. Du bout du pied, l'ex-Mouscronnois trompait Guillaume Hubert. 

Le break se fait encore attendre

La domination des Rouches était alors totale. Installés dans le camp des Groen en Zwart, ils manquaient cependant de se mettre à l'abri, une fois de plus. Oularé personnalisait ce manque d'efficacité, en loupant trois belles occasions en l'espace de quelques secondes. 

Rebelote en deuxième période. Amallah, servi par un bon Carcela, trouvait Hubert en se retournant, Bastien manquait de cadrer sur un nouveau bel effort personnel. 

... et la punition tombe

A force de jouer avec son bonheur, l'équipe de Preud'homme permettait à la lanterne rouge de devenir dangereuse, mais Foster négociait mal un contre très intéressant, avant que Donsah ne manque de peu le cadre. C'est finalement Omolo qui profitait d'une remise après une phase arrêtée pour égaliser à un quart d'heure du terme.

Terriblement déçu, le public a retenu son souffle sur un envoi de Foster finalement repoussé par le poteau. Cop et Avenatti étaient déjà montés, Renaud Emond est apparu pour les dernières minutes, la pression n'étant suffisante. Mais c'est Bodart qui devait sauver les meubles de l'autre côté devant Saadi.

La mauvaise opération était pratiquement acquise, mais un nouveau miracle s'est produit. Un dernier contre, une passe directe d'Amallah dans l'espace pour Felipe Avenatti qui se jetait avant Hubert pour ouvrir son compteur buts et ramener deux unités de plus au total. Une catastrophe a été évitée.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos