Interview Lucas Ribeiro, la pépite de Virton : "Je veux juste prendre du plaisir"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Lucas Ribeiro, la pépite de Virton : "Je veux juste prendre du plaisir"

Les déboires extra-sportifs de l'Excelsior Virton font oublier que les Gaumais ont réalisé une superbe saison, qui a notamment permis à plusieurs joueurs de se montrer. Parmi ceux-ci, Lucas Ribeiro Costa, 21 ans et révélation de la seconde partie de saison.

Lucas Ribeiro Costa (21 ans) a eu besoin d'un temps d'adaptation après son arrivée en août dernier à l'Excelsior Virton, mais le jeune brésilien a ensuite pu se révéler en seconde partie de saison avec 8 matchs et 4 buts à la clef. Un grand talent de D1B auquel nous avons eu l'occasion de poser quelques questions ! 

Bonjour Lucas. Cette saison à Virton est la première lors de laquelle tu as pu enchaîner des rencontres en pro ; quel bilan en tires-tu ? 

Un bilan très positif ! Le début de saison a été un peu compliqué en raisons de soucis administratifs qui m'ont empêché de jouer directement. Mais au fil de la saison, j'ai pu intégrer le groupe et finalement être décisif, ça m'a vraiment fait plaisir. 

Dino Toppmöller t'appréciait, mais il a fallu que Christian Bracconi arrive pour te lancer. 

Il m'appréciait, oui, il me disait qu'il croyait en moi, mais mes problèmes administratifs ont fait qu'au moment où j'étais disponible, l'équipe tournait bien. Difficile de s'imposer dans ces circonstances quand on est un jeune joueur. Mais je suis resté patient et Christian Bracconi m'a lancé avec succès ! 

D'ailleurs, comment t'es-tu retrouvé à Virton l'été passé ? 

Je suis arrivé du Brésil en 2017 et j'avais déjà, à l'époque, passé des tests en Belgique ! Au Lierse, au Sporting Charleroi et à Anderlecht. Ca ne se passait pas mal, mais pour diverses raisons, ça ne s'est pas fait et j'ai décidé de tenter ma chance à Lille. Là, tout allait bien mais j'ai dû patienter et comme les choses s'éternisaient, on m'a conseillé du côté de Valenciennes où tout a été rapidement réglé. 

Malheureusement, je n'ai pas pu jouer beaucoup là-bas et à la fin de mon contrat, j'ai été libéré et j'ai pu rejoindre Virton. Peu m'importait que ce soit en D2 belge, tout ce que je voulais, c'était jouer et ça me paraissait le bon choix.

Tu arrives dans une "petite" équipe, qui n'aurait jamais dû jouer le top sur papier ... 

Oui, je me disais que ce ne serait pas évident pour Virton qui venait de monter. Mais quand je suis arrivé, j'ai pu voir que l'équipe était bonne, tournait bien ! Il y avait un bon groupe, de la qualité et les résultats ont vite suivi. On se retrouvait dans le top 3, toute la saison. Je ne m'y attendais pas et c'était très positif. 

La D1B, tu en as pensé quoi ? C'est une ligue assez physique et tu es un joueur technique, "à la brésilienne" ... 

Au début, surtout avec mon retard de préparation, c'était dur, oui. Mais j'ai rapidement pris le rythme. C'est un bon championnat, avec peu d'espaces, c'est très fort physiquement ... 

Puis, en 2020, tu exploses enfin. Avec plusieurs buts alors qu'on ne te connaissait pas encore vraiment ; ça a changé beaucoup de choses pour toi ? 

(sourire) C'est vrai que je n'étais pas très connu, ça a changé la perception que les gens avaient, les attentes. Mais la pression ? Non, pas vraiment. J'ai un entourage qui m'aide à rester les pieds sur terre, mes équipiers également ...Pour moi, tout ce qui compte, c'est jouer et prendre du plaisir.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos