The English Game : le football, miroir de la société depuis ses débuts
Redaction
| 0 réaction
The English Game :  le football, miroir de la société depuis ses débuts

Décidément, la plateforme digitale Netflix y va de ses documentaires dédiés au football ces derniers temps. Après un documentaire sur l'expérience d'entraîneur de la légende Diego Maradona au Mexique et en même temps que film " Ultras », " The English Game » est sorti ce 20 mars.

Ce documentaire britannique risque moins de faire la polémique que « Ultras », film que les principaux concernés ont désapprouvé, malgré la trame et le scénario intéressants proposés par Fransesco Lettieri.

La naissance du football moderne

The English Game, en revanche, retrace la naissance du football en suivant deux personnages principaux qui ont réellement existé. L’objectif est de se replonger dans la naissance du football moderne.

La série se situe dès lors à la fin du XIXème siècle, dans un décor que les nostalgiques apprécieront, suintant deux Angleterres bien distinctes ; celle de l’aristocratie, forcée par le football de rencontrer celle du monde ouvrier. Si les propriétaires d’usine n’ont guère l’occasion de connaître leurs employés, ni leurs conditions de vie, les terrains vont les y obliger.

Le football tient une Histoire bien plus longue et riche (alors appelé « soule »), comme le démontre magistralement Mickael Correia dans son livre Une Histoire populaire du football. Mais, le football moderne, avec les règles et les délimitations qu’on lui connait actuellement, ne voit la naissance qu’en 1885. La fédération anglaise est alors dirigée par les aristocrates, qui décident naturellement de rédiger les règles selon leurs visions et avantages.

Les ouvriers veulent également y participer 

Et, paradoxalement, leur vision du sport, qu’ils pratiquent dans les écoles universitaires, s’oppose farouchement au professionnalisme et à toute forme de rémunération. Selon l’aristocratie, le football doit rester noble et se pratiquer uniquement en tant que loisir et passe-temps.

Seulement, un double phénomène va inverser cette tendance ; premièrement, le football va très rapidement se populariser et les ouvriers vont également s’y mettre ; ce qui va donner des idées à certains propriétaires de clubs. Constatant le potentiel des travailleurs balle au pied, quelques « lords » vont se payer les meilleurs potentiels.

La série documentaire retrace à merveille cette transformation rapide du football. D’une part, le déjà « vieux football » représentant Arthur Kinnaird, d’autre part, le football ouvrier représentant Fergus Suter, un Ecossais considéré comme le premier footballeur professionnel de l’Histoire. On passera ainsi constamment des châteaux, des bons repas et des bonnes manières, aux beuveries, révoltes, et autres coutumes populaires. Jusqu’à ce que ceux-ci se rencontrent sur la pelouse… Ambiance british assurée : scènes de bagarres dans les pubs, football, bières, vins, histoires d’amour, passion, palais et usines se succèdent.

L'influence des athlètes-ouvriers dans l'évolution tactique 

Mais ce n’est pas tout ; The English Game retrace également, sans la nommer, une dichotomie historique essentielle du football moderne. L’évolution tactique entre dribbling game et passing game. Le jeu basé sur l’exploit individuel face au jeu d’équipe, fait de passes plus que de dribbles, et inspiré par la solidarité et la vie communautaire de la classe ouvrière.

Bref, The English Game, c’est une saison de six épisodes qui, malgré quelques erreurs historiques, prouve une nouvelle fois que le football est un formidable miroir de la société. Et ce, depuis ses débuts. L’occasion d’en apprendre sur la naissance de ce sport qu’on aime tant, tout en retraçant une partie de l’Histoire industrielle de l’Angleterre. C’est sur Netflix que cela se passe :

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos