Analyse Le football sans public : une (triste) réalité à laquelle il faudra s'habituer

Redaction
| 0 réaction
Le football sans public : une (triste) réalité à laquelle il faudra s'habituer

L'un des cinq grands championnats a donc repris ce week-end ... à huis-clos. Drôle de sensation, comme si on assistait à des matchs amicaux de présaison alors que les courses au titre, à l'Europe, au maintien se joueront dans ce contexte. Il faudra s'y faire ...

Les réactions pleuvaient sur les réseaux sociaux ce week-end avant, pendant et après les rencontres de Bundesliga qui reprenaient dès 15h30 samedi : "Ce n'est pas du football", "Comment peut-on s'emballer pour ça ?", "Sans public, ça ressemble juste à des matchs amicaux", n'étaient que quelques unes (et les plus polies) des réflexions, parfois virulentes, à l'encontre de ce football sans public. Certains n'essayaient pas plus avant : 10 minutes à s'infliger ce triste spectacle et c'en était trop, ils attendraient le retour des affluences pour à nouveau daigner jeter un oeil à leur sport favori ! 

Rendez-vous en 2021 ... 

Problème : ceux-là risquent fort d'attendre longtemps. Si la réaction est bien légitime, elle doit s'accompagner d'une prise de conscience : vous ne reverrez pas le Mur Jaune du Signal Iduna Park de sitôt. Même en admettant que cette saison 2019-2020 aurait dû être abandonnée partout, comme en France, aux Pays-Bas, en Belgique et désormais en Écosse, rien ne dit que la saison 2020-2021 pourra reprendre avec public. 

À vrai dire, à peu près tout indique l'inverse : on peine à imaginer des stades accueillant du public avant 2021, avant peut-être l'arrivée d'un vaccin. Les plus optimistes, et c'est à leur honneur, imaginent des solutions : du football en famille, entre personnes du même foyer, à distance de sécurité, ce qui remplirait "30 à 40%" des tribunes, espérait Mehdi Bayat récemment. Cela non plus ne ressemblera pas au football d'avant ; sera-ce "assez" pour convaincre les réfractaires de regarder ces matchs ? 

Certains, c'est le cas de plus de 300 groupes d'ultras européens, appellent carrément à ne pas reprendre tant que retourner au stade ne sera pas possible pour les supporters, quitte à retarder le début de la future saison. Derrière des allures louables d'intérêt pour la santé publique se cache également un discours fier : le football, c'est nous, et il ne reprendra pas sans nous. Les kops et groupes d'ultras seront cependant bien les derniers à être autorisés au sein des stades si l'option (pas encore évoquée ailleurs que chez nous) citée plus haut est mise en place. Alors, sera-ce "stades pleins ou rien" comme certains le veulent ? C'est nier une réalité douloureuse : les droits télés rapportent bien plus aux clubs que la billetterie. 

Autant s'y faire dès aujourd'hui 

Même si tout le monde espère revoir au plus vite les stades se remplir, les choses sont comme elles sont : beaucoup de championnats vont reprendre à huis-clos dans les semaines à venir, et aucun (sauf surprise) ne débutera avec public en 2020-2021. Autant s'habituer dès aujourd'hui à ce qui va devenir la norme, et qui paraîtra bien moins choquant dans un mois, deux mois, trois mois ... Quitte à toujours laisser un goût amer. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos