Interview Malheureux face aux clubs belges, le Partizan Belgrade veut y croire contre Charleroi : "Le souvenir de cette victoire contre Anderlecht est toujours bien présent"
Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction

Le Partizan Belgrade veut y croire avant Charleroi et garde en mémoire son succès contre Anderlecht en 2010 lors des barrages de la C1

Malheureux face aux clubs belges, le Partizan Belgrade veut y croire contre Charleroi : "Le souvenir de cette victoire contre Anderlecht est toujours bien présent"
Photo: © photonews

Ce jeudi soir, le Sporting de Charleroi recevra le Partizan Belgrade lors du troisième tour préliminaire de l'Europa League.

Impérial en Jupiler Pro League avec un bilan de 18 sur 18, le Sporting de Charleroi va avoir droit à son premier véritable test en ce début de saison. En effet, les Carolos vont affronter le Partizan Belgrade, un club habitué aux joutes européennes.

Néanmoins, le club serbe a changé d'entraîneur il y a peu. "Aleksandar Stanojevic a remplacé Savo Milosevic. Il a certes fait de bons débuts en remportant ses trois premiers matchs mais il est toujours en train d'adapter et de mettre en place son schéma de jeu. Le Partizan est en rôdage mais attention car ils ont un gros avantage : Stanojevic est un excellent tacticien qui est capable de renverser n'importe quelle situation en cours de match. C'est lui qui était aux commandes de l'équipe quand elle s'était payée le scalp d'Anderlecht en barrages de la Ligue des champions", nous confie notre confrère Mihaljo Todic avant d'évoquer l'autre point fort du second actuel de Super Liga.

"Bibras Natcho est de loin le meilleur joueur de l'équipe. Un meneur de jeu expérimenté qui a déjà marqué 5 buts et délivré 2 passes décisives en 7 matchs toutes compétitions confondues. Charleroi devra se méfier de l'international isréalien (68 capes). Il y aussi l’attaquant nigérian Umar Sadiq et l'ailier japonais Takuma Asano qui sont imprévisibles. Parfois excellents mais souvent irréguliers. Autre joueur percutant, le jeune Filip Stevanovic qui est un grand talent du Partizan", précise le journaliste de Sportski Zurnal.

Depuis quelques années, le football serbe vit des heures sombres. "Notre football est en crise ! La sélection nationale possède de bons joueurs qui évoluent à l'étranger mais la nouvelle génération n'est pas aussi bonne que les précédentes. Au surplus, nous avons beaucoup d'autres problèmes comme ceux connus en Belgique avec des affaires de matchs truqués et des paris. La police et la justice ne s'en occupent pas ", ajoute-t-il.

L'une des bonnes nouvelles côté carolo, c'est le fait que le Partizan Belgrade n'y arrive pas face aux clubs belges. Battus par le Standard de Liège (2008-2009), le Club de Bruges (2009-2010) et Genk (2011-2012), les Serbes n'ont triomphé qu'une seule fois face à un club de Jupiler Pro League. Ce fut lors des barrages de la Ligue des champions de la saison 2010-2011 lorsque que le club a éliminé Anderlecht après une séance de tirs au but. "Le Partizan n'était pas heureux d'affronter un club de JPL, qui plus est leader actuel du championnat. Mais ils gardent en mémoire ce souvenir glorieux, cette victoire contre Anderlecht en 2010. C'est pourquoi tout le monde est prudent mais aussi un brin optimiste avant la rencontre. Le club veut absolument rejoindre les poules de l'Europa League", a conclu Mihaljo Todic.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos