Interview À la découverte d'Amadou Onana, talent belge de Hambourg : "Mon parcours m'a fait grandir"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
À la découverte d'Amadou Onana, talent belge de Hambourg : "Mon parcours m'a fait grandir"

Son nom commence à circuler en Allemagne : le jeune Amadou Onana (19 ans) s'impose au Hambourg SV, club iconique désormais en 2.Bundesliga. International U19, Onana veut continuer à grimper les échelons et se tailler une place tant en club qu'aux yeux du public belge. Entretien !

Amadou Onana (19 ans) a découvert le football professionnel en 2020 : transféré cet été à Hambourg (2.Bundesliga) en provenance d'Hoffenheim, où il évoluait avec les U19, le médian formé à Zulte Waregem y a immédiatement convaincu et reçoit sa chance dans le coeur du jeu avec, déjà, six rencontres de championnat et un match de Coupe (lors duquel il marque son premier but). Walfoot a pu s'entretenir avec le jeune joueur, promesse de notre football.

Bonjour Amadou. Premièrement, pour ceux qui ne te connaissent pas, et ils sont encore nombreux en Belgique, peux-tu te décrire, ton style de jeu, tes qualités ?

Je suis un milieu défensif assez agressif mais également agile balle au pied, je peux également évoluer en milieu offensif et défenseur central. Je dirais que mes plus grandes forces sont une bonne vision de jeu et une très bonne qualité de percussion. Pour le reste, je laisse les spectateurs se faire leur propre avis.

Cet hiver, tu as signé au HSV, à même pas encore 19 ans. Pourquoi avoir quitté Hoffenheim, où tu évoluais depuis plusieurs années ?

J'ai pu évoluer à Hoffenheim, tant en tant qu'athlète qu'en tant que personne, et c'est un club ambitieux, mais je n'y voyais pas la perspective de jouer dans les plus bref délais, d'y obtenir une place importante au sein de l'équipe. Toutes les conditions était réunies quand j'ai rencontré les dirigeants du HSV et la preuve : j'accumule du temps de jeu depuis le début de saison.

Puis, malgré leur place en D2, Hambourg est un club historiquement renommé en Allemagne, par lequel énormément de grands joueurs sont passés ! 

En effet, tu es d'emblée devenu titulaire en 2. Bundesliga, en t'attirant pas mal de louanges de ton coach. Est-ce que tu t'y attendais ou c'était plutôt un « rêve » de débuter dans le 11 et tu étais prêt à y aller progressivement ?

En rejoignant le HSV, je n’avais pas d’autre objectif que d'y être titulaire. Certes, c'est une fierté mais c’est bien pour ça que je suis venu ! Ca fait plaisir que le club m’accorde cette confiance et je travaille tous les jours pour me surpasser et leur prouver qu’ils ont pris la bonne décision en me faisant venir.  

Ce que ton coach a souligné, c'est ta maturité. Est-ce que tu sais d'où te vient celle-ci, à seulement 19 ans ?

Je pense que mon début de parcours compliqué m’a clairement aidé à grandir plus vite, mon éducation aussi, mais également l’éloignement physique avec ma famille. De plus, j’ai eu la chance d’avoir un entourage qui me soutien et qui me forme. Ma soeur, Mélissa Onana, fait partie de mon équipe de management, me conseille, met en place une communication transparente. Elle m'apprend beaucoup. 

Et surtout, je pense que de nos jours, devenir rapidement mature est obligatoire pour qu'un jeune réalise une carrière digne de ce nom.

En plus de cette maturité, le président du HSV (Marcell Jansen) s'est dit surpris par ton apport offensif. On te voit plutôt comme un médian défensif ; tu aimes ça aussi, amener devant ? 

Un milieu défensif a un rôle très important dans l'équilibre d'une équipe. Du coup, même si j'aime apporter un plus offensivement et que j'ai les qualités qui le permettent, je me dois de garder cet équilibre, de me concentrer en priorité sur mes tâches défensives. C'est un poste à responsabilités...

Malgré ça, tu as trouvé le chemin des filets : ton premier but en pro, en Coupe face à Dresde. Malgré l'élimination, c'est un souvenir positif, j'imagine ...

Oui, ça reste un moment inoubliable, de pouvoir marquer mon premier but... qui plus est lors de mon tout premier match officiel avec le club (le 14 septembre 2020, nda). Bien sûr, c'est dommage que nous ayons été éliminés. Mais ce moment restera dans ma mémoire, oui. 

Revenons un peu en arrière : en 2017, tu décides de quitter Zulte Waregem pour l'Allemagne. Raconte-nous comment ça s'est passé ... 

J'avais peu d'opportunités à Zulte Waregem donc après y avoir peu joué, j'ai pu aller passer un test à Hoffenheim. Beaucoup de personnes ont tenté de m'en dissuader mais ma soeur et moi avons décidé de saisir cette chance ... Une fois à Hoffenheim, j'ai dû m'adapter le plus vite possible, je me suis fait à la culture allemande, j'ai appris la langue. 

Partir en Allemagne si jeune, après avoir été formé à Zulte Waregem ... Ton profil en tant que joueur également - tout ça rappelle un certain Junior Malanda. Tu y as déjà pensé ? 

C'était un joueur très talentueux, et ses qualités étaient similaires aux miennes, en effet ... Mais je n'avais jamais fait le rapprochement ! 

(Bientôt sur Walfoot, la suite de notre entretien avec Amadou : nous discuterons du football belge, de ses équipiers en sélection, de ses ambitions ... Restez connectés !)

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos