Interview Daam Foulon revient sur ses premiers mois en Serie A

Dennis Rosiers
| 0 réaction
Daam Foulon revient sur ses premiers mois en Serie A

Un transfert de Waasland-Beveren en Serie A, cela n'arrive pas tous les jours. Mais c'est exactement ce qui est arrivé à Daam Foulon l'été dernier. L'arrière gauche de 21 ans a signé un contrat de trois saisons avec Benevento, promu au sein de l'élite italienne.

L'été dernier, le Diablotin a fait un transfert de rêve. Il a quitté Waasland-Beveren pour rejoindre Benevento, promu en Serie A pour la deuxième fois de son histoire. Daam Foulon est revenu sur ses premiers mois en Italie. "Tout se passe très bien, même s'il fait un peu plus froid maintenant, environ douze degrés et un peu de soleil", nous explique-t-il en rigolant. Immédiatement après mon arrivée, j'ai remarqué que presque tout le monde ne parle qu'italien. J'ai donc décidé de m'y mettre, heureusement, ça ressemble à du français. Je commence à comprendre de plus en plus, donc tout ira bien", confie le le back gauche avant d'évoquer comment c'était passé son arrivée à Benevento.

"Mon agent m'a dit qu'ils étaient intéressés. Waasland-Beveren m'a donné l'autorisation de négocier et, très vite, je suis parvenu à un accord personnel avec Benevento. Cependant, il a fallu des mois avant que les deux clubs ne soient d'accord. Cela n'a pas été une période facile pour moi. Heureusement, Nicky (Hayen, ndlr) savait ce qui se passait. Nous avons eu une bonne discussion et il a compris ma situation".

Passer de Waasland-Beveren à la Serie A n'est certainement pas évident. Pourtant l'ancien joueur d'Anderlecht a été aligné d'entrée de jeu à six reprises. "J'avais prévu de me montrer dès mon premier jour ici, mais je ne me suis pas mis de pression quand il s'agissait de jouer. J'ai tout de suite remarqué que l'entraîneur m'a donné beaucoup de confiance. J'ai eu un petit problème avec ma cuisse pendant quelques semaines, mais heureusement, c'est du passé. Je suis complètement remis."

Il a ensuite parlé de son entraîneur, un certain Filippo Inzaghi. "Il demande un bloc compact, mais il faut aussi jouer au football. Je pense qu'il est un coach moderne, mais il est aussi très exigeant en termes de mentalité. Par rapport à la Belgique, on s'entraîne plus souvent et pendant des périodes plus longues. Mais je dois dire que vous assimilez ce rythme assez rapidement".

Il y a désormais de plus en plus de joueurs belges au sein du championnat italien. "La semaine dernière, j'ai joué contre Maxime Busi. Je parle aussi avec Alexis (Saelemaekers, ndlr) régulièrement. Avec les autres Belges, cela se limite à une courte conversation avant ou après le match. Avec Dries Mertens, j'ai ensuite changé de maillot", a expliqué Daam Foulon.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos