Lior Refaelov, Soulier d'Or aux anges : "Une récompense pour dix ans de travail ici, en Belgique"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Lior Refaelov, Soulier d'Or aux anges : "Une récompense pour dix ans de travail ici, en Belgique"
Photo: © photonews

Lior Refaelov a soulevé son premier Soulier d'Or, à 34 ans. Il devance son rival du Beerschot Raphaël Holzhauser et se voit ainsi couronné après avoir offert la Coupe et l'Europe au Great Old.

Cela aura été un long chemin pour Lior Refaelov, arrivé en Belgique en 2011 et finalement couronné Soulier d'Or à l'âge de 34 ans, alors qu'il arrive au crépuscule de sa carrière mais vit un véritable été indien. L'Israélien était l'un des grands favoris du scrutin. "Je savais que j'avais de bonnes chances de victoire mais bien sûr, vous n'y croyez jamais vraiment avant que ce soit fait. J'étais un peu nerveux ce matin, je le reconnais", déclare le lauréat en conférence de presse. 

"C'est une grande fierté pour moi et je crois que c'est la récompense de dix années au plus haut niveau en Belgique, pour avoir réussi à être performant, avec des hauts et des bas, depuis Bruges jusqu'à mon arrivée à l'Antwerp et aujourd'hui", estime Refaelov. "Cette saison, je suis très content d'avoir pu aider l'équipe dans des moments clefs comme la finale de la Coupe. Nous y sommes arrivés ensemble, et c'est comme ça que viennent les récompenses collectives". 

Refaelov Lior
© photonews

Le meilleur Refaelov

Certains estiment que Lior Refaelov a vieilli comme le bon vin et est actuellement la version la plus complète de lui-même, par rapport au joueur moins expérimenté qui a porté les couleurs brugeoises de 2011 à 2018. "Je ne saurais pas vraiment vous le dire (sourire). Actuellement en tout cas, je n'ai jamais été aussi fort en tant que joueur de l'Antwerp, grâce au travail d'Ivan Leko et son staff. Mon défi sera d'être aussi performant sous le nouvel entraîneur", déclare-t-il.

"Je reste reconnaissant, cependant, pour tout ce que Bruges a pu m'apporter auparavant. De nombreux supporters brugeois continuent à me soutenir et à envoyer des messages sur les réseaux sociaux, malgré la rivalité avec l'Antwerp. C'est beau", se réjouit l'Israélien. "Est-ce le plus beau moment de ma carrière ? Non, cela reste les titres remportés, que ce soit avec Bruges ou l'Antwerp. Mais je veux tout de même profiter de ce trophée". Lior Refaelov en a bien le droit : même si les circonstances sont pour le moins particulières, son nom ne fait pas tache au palmarès du Soulier d'Or. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos