Aulas donne une version, l'arbitre une autre : micmacs après l'Olympico arrêté

Aulas donne une version, l'arbitre une autre : micmacs après l'Olympico arrêté

Après une attente de près de deux heures, le match entre Lyon et Marseille a été définitivement arrêté. Jean-Michel Aulas, Pablo Longoria et même l'arbitre de la rencontre, Ruddy Buquet, sont venus devant les caméras pour s'exprimer.

Le premier à venir s'exprimer auprès du diffuseur Prime Video, dont les journalistes (y compris le T3 de Roberto Martinez, Thierry Henry) étaient restés dans le flou et le froid pendant plus d'une heure et demie, était Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais. Avec sa version des faits : "Initialement, l'arbitre souhaitait reprendre la rencontre. La personne responsable du jet de bouteille avait été identifiée et placée en garde à vue et comme elle n'était liée à aucun groupe de supporters, le risque de nouveaux débordements était nul", affirmait Aulas.

"Mais quand l'arbitre a annoncé la reprise aux Marseillais, leur réaction a été pour le moins violente (...) Ils voulaient que Mr Buquet aille voir Payet avant de décider cela. Cette réaction a poussé l'arbitre à changer d'avis et arrêter la rencontre", continue le président de l'OL. "Que cela ait pris aussi longtemps est incompréhensible. Jouer comme ça avec 56.000 personnes est incroyable. C'est sous la pression des Marseillais que le match n'a finalement pas repris", souligne encore Aulas, qui précise : "Je comprends l'arrêt du match, mais pas le changement de décision à partir du moment où il a été décidé que la rencontre pouvait se dérouler sans risque, ce dont je suis sûr et certain". 

Pablo Longoria, puis Ruddy Buquet contredisent Aulas 

Le président de l'OM a ensuite succédé à son homologue lyonnais devant les caméras de Prime Video, donnant une autre version : "La décision sportive initiale de l'arbitre était d'arrêter la rencontre, avant que d'autres facteurs comme l'ordre public entrent en compte", révèle Pablo Longoria. Ruddy Buquet, l'arbitre de la rencontre, arrivait par après pour confirmer. 

"Ma décision initiale était de ne pas reprendre le match", assure Mr Buquet. "Par après, il a été évoqué des troubles potentiels à l'ordre public. Mais j'ai maintenu ma décision, qui était de ne pas reprendre le match. Il faut prendre en compte tous les paramètres, mais pour des considérations sportives claires, on ne pouvait pas reprendre ce match". Bref : un sacré micmac, car au moins une personne dans cette histoire dit les choses comme elles l'arrangent ...  

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus de news

Plus de news