Le réveil de Yari Verschaeren

Antoine Bourlon
| 0 réaction
Le réveil de Yari Verschaeren
Photo: © photonews

Une nouvelle fois buteur ce week-end face au Standard (1-1), Yari Verschaeren est en forme. La jeune pousse est en train de définitivement s'imposer au sein de l'effectif de Vincent Kompany. Avant de prendre son envol vers d'autres cieux ?

Une longue période de moins bien

Déjà la saison dernière, le numéro 51 du Sporting n’arrivait pas à exploiter son potentiel, du moins pas celui qu’il nous montre depuis plusieurs semaines. Freiné par une blessure à la malléole qui l’avait écarté pendant plus de deux mois, il n’avait disputé que 16 matchs de championnat. Revenant à temps pour les Play-Offs 1, il avait pris part à la totalité des rencontres, sans réellement impressionner (1 but et 1 assist).

Verschaeren Yari
© photonews

Une première partie de saison irrégulière…

La saison actuelle, il semblait l’avoir commencée avec une meilleure dynamique, en tout du cas du point de vue « comptable ». Soit titulaire mais remplacé en cours de match, soit émergeant du banc, il va alterner le bon et le moins bon. D’abord décisif à plusieurs reprises entre août et septembre - avec 2 buts et 2 assists au compteur au championnat mais aussi en barrages de Conference League, avec 2 réalisations- , Verschaeren va connaitre une période de plus de 2 mois sans être décisif - assist face à Charleroi, le 27 novembre - et de tout pile un mois de plus sans marquer. C’était avant son match référence au Beerschot, où il inscrira pour la première fois un doublé, avec en prime un assist. Il se montrera aussi en Coupe, avec deux assists en deux matchs de suite.

Verschaeren Yari
© photonews

Ainsi, les 7 buts et 7 assists inscrits toutes compétitions confondues masqueraient une certaine irrégularité dans la saison de Verschaeren. Sauf que ce dernier a le vent en poupe et qu’il semble tourner en sa faveur…

Mais bonifiante ?

Car oui, à l’image de ses coéquipiers sur le front de l’attaque depuis plusieurs semaines, Verschaeren joue tout simplement mieux, plus juste. Son entente avec Lior Refaelov, faite de combinaisons et de recherche constante de déséquilibre, participe à fluidifier le jeu Anderlechtois, à lui apporter plus de verticalité. Depuis que l’Israélien est titulaire à ses côtés, le 5 décembre contre Zulte Waregem, le Sporting a inscrit 20 buts en 6 matchs de championnat. Lors de cette victoire contre Zulte (3-2), on avait également pu remarquer quelques belles perspectives de connexion avec Joshua Zirkzee.

D’abord baladé sur le terrain cette saison en tant que milieu droit, gauche, offensif et même en second attaquant, cela fait déjà quelques matchs que Yari s’épanouit au rôle d’ailier droit.

Et si le Belge n’avait pas, finalement, été victime des ajustements de Kompany, tant envers son joueur qu’envers le reste de l’équipe, pour au final en profiter et en devenir plus fort ?

Kompany Vincent - Verschaeren Yari
© photonews

Une certaine marge de progression

Dans des propos relayés par Gazet van Antwerpen, Verschaeren faisait un bilan de sa première partie de saison, frustré de ne pas avoir été un titulaire indiscutable :

 Je me donne un 5 ou 6 sur 10.

Et même si le jeune joueur formé à Neerpede se montre assez exigeant avec lui-même, certaines de ses aptitudes pourraient s'améliorer.

Surtout, au niveau de son dribble. Verschaeren comptait moins d’un dribble tenté par match la saison dernière. Au niveau des dribbles réussis, il n’en compte actuellement que 9. A titre de comparaison, Noa Lang, lui aussi ailier, en compte 41, tandis que le meilleur dribbleur de notre championnat selon l’observatoire du football (CIES), Rabbi Matondo, en compte 30.

Les dégâts que pourrait faire un Verschaeren alors ajoutant à son répertoire la faculté de casser des lignes à la Eden Hazard, en plus de sa bonne lecture du jeu, pourraient alors être considérables.

Cette vision du jeu, justement, on ne peut pas l’enlever au jeune joueur de 20 ans. Selon le site WhoScored, Verschaeren compte 85,7 % de passes réussies par match. Il se classe alors dans le top 30 des meilleurs joueurs de Pro League au vu de cette stat, et l’un des tout premiers joueurs offensifs.

Comptant l’an dernier une moyenne de plus d’une passe-clé par match, il n’en est actuellement qu’à 15 délivrées. A titre de comparaison, Ryota Morioka en est déjà à 45.

L’Italie, une destination idéale ?

Alors qu’en octobre on en parlait déjà, ces derniers jours la nouvelle est ressortie : l’AC Milan s’intéresserait encore à celui qui a été élu meilleur jeune de notre championnat en 2019. Et lorsque l’on voit l’excellente progression d’un ancien Mauve formé à Nerpeede en la personne d’Alexis Saelemaekers chez les Rossoneri, un transfert serait de très bon augure. Verschaeren a en effet un profil taillé pour la Serie A, très polyvalent, mais qui ne demande qu’à être poli dans un club où la part belle est faite aux jeunes (avec Kalulu, Gabbia, Diaz, Tonali ou Maldini comme exemples).

Cela nous évoque également le profil d’un autre joueur passé par le 2, Avenue Théo Verbeeck : Dennis Praet. Se révélant à Anderlecht dans un profil somme toute assez similaire – quoique plus dribbleur et puissant-, il s’était ensuite plutôt bien acclimaté au jeu de Serie A, cela lui permettant un transfert vers le Leicester City de Youri Tielemans. Preuve que la Serie A va plutôt bien aux produits du club bruxellois : Praet y est de retour cette saison et semble y retrouver quelques couleurs.

S’il est finalement resté au bercail cette saison après les discussions ayant abouti à une prolongation de son contrat avec le Sporting jusqu’en 2024, le ket du Parc Astrid fera le grand saut bien avant.

yari verschaeren

Un appel du pied à Roberto Martinez ?

Alors déjà appelé à plusieurs reprises (6) chez les Diables et très apprécié de Roberto Martinez, le natif de Saint-Nicolas n’avait pas été repris avec pour l’Euro. Une nouvelle qu’il avait accueillie avec cette humilité qu’on lui connait. 

Mais ses récentes performances pourraient avoir comme effet d’attirer à nouveau le regard de notre sélectionneur.

S’il continue à se montrer de la sorte, il pourrait dans tous les cas être sélectionné par l’Espagnol pour participer aux prochains matchs amicaux de mars, où uniquement les joueurs de moins de 50 sélections seront appelés. Et tout cela avant, peut-être, le Qatar ?

Martinez Roberto - Verschaeren Yari
© photonews
Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos