Le promu sérésien poursuit son apprentissage en D1A : "Il est dur mais on s'y attendait"

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
Le promu sérésien poursuit son apprentissage en D1A : "Il est dur mais on s'y attendait"
Photo: © photonews

Le milieu de terrain sait que l'apprentissage de la D1A sera long, mais les Métallos doivent engranger le plus de points possibles afin de se rassurer.

Après sa défaite à Anderlecht, le RFC Seraing affrontera Ostende ce samedi lors de la quatrième journée de Jupiler Pro League. L'apprentissage du promu sérésien se poursuit. "Il est dur mais on s'y attendait. Il y a d'autres ingrédients à mettre en oeuvre pour prendre des points et exister durablement en D1A. On a un manque d'expérience cruel, il faut l'avouer. Il y a plus de vitesse dans le jeu et d'impacts dans les duels au sein de l'élite. Et ça, on ne l'a pas encore. Cela va venir, j'en suis sûr car on a une capacité d'adaptation assez rapide. On a connu énormément de choses ensemble et le groupe est intelligent et toujours à l'écoute. Il va falloir mettre les choses en place rapidement car le résultat à Anderlecht fait mal et ça ne devra pas se répéter trop souvent", a confié Théo Pierrot.

"En première division, la moindre perte de balle ou une petite erreur se paient cash"

La saison dernière, les Métallos manquaient aussi d'expérience en D1B mais ils étaient parvenus à s'adapter rapidement et ont terminé à la deuxième place. "En première division, la moindre perte de balle ou une petite erreur se paient cash. Cela devient directement une occasion pour l'adversaire en fait. C'était encore plus criant contre les Mauves", a expliqué le Français avant d'évoquer les absents (Lahssaini et Bernier, blessés, et Boulenger, suspendu). "Trois joueurs importants, mais on est un groupe. Il faut garder cette cohésion. Puis ne pas oublier le plaisir. Quand on vient de National 1 avec des stades très vétustes et qu'on joue au Parc Astrid, c'est un  kiff. En montant au jeu à Anderlecht, j'ai mesuré la chance que j'avais de disputer une telle rencontre à 27 ans. Il faut être conscient de cela et prendre du plaisir dans ce que l'on fait", a expliqué le médian.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos