Edito Noa, Tessa et la classe dans la défaite

Noa, Tessa et la classe dans la défaite

Noa, Tessa et la classe dans la défaite

Le Soulier d'Or 2021 a donc sacré Paul Onuachu et Janice Cayman. Malheureusement, le trophée a également été marqué par le manque de classe des deux dauphins, Noa Lang et Tessa Wullaert.

Les images ont immédiatement fait le buzz après l'annonce du vainqueur du 68e Soulier d'Or : Noa Lang haussant les yeux au ciel d'un air agacé, clairement déçu de ne pas avoir remporté le trophée qu'il estimait lui revenir de droit. Peu étonnant au vu du personnage, d'une arrogance rarement vue dans notre championnat qui a connu son lot de caractères forts. Si Lang aura au moins le bon goût de se dire "content" pour son rival, il devra ensuite y aller de son petit mot : "Tout le monde sait qui est le meilleur footballeur, c'est moi". 

Par ces propos, Lang ne pique pas que Paul Onuachu : il se place également au-dessus d'un autre grand favori à la victoire (et coéquipier!), Charles De Ketelaere, qui peut clairement être déçu voire surpris de sa position mais a de son côté tenu des propos bien plus respectueux : "Onuachu a bien mérité son Soulier d'Or, mais cela aurait pu être moi ou Noa", soulignait l'Espoir de l'année. Certains diront qu'ils préfèrent un personnage "entier" tel que Lang aux propos plus lisses de CDK. L'honnêteté a bon dos quand elle couvre simplement le manque de classe. 

Tessa, Tessa, Tessa ... 

Côté féminin, grosse surprise également au programme puisque Janice Cayman a été couronnée, privant Tessa Wullaert d'un 4e sacre. Pour la deuxième fois consécutive, le visage le plus connu de notre visage féminin loupe le coche, cette fois d'un petit point seulement. Oui, il y a de quoi être amère, car le retour de Wullaert au RSC Anderlecht est statistiquement très impressionnant, a revitalisé notre Super League et bien aidé les Mauves à y être sacrées. Pour autant, depuis son retour, Wullaert ... n'a gagné aucun Soulier d'Or, ses trois trophées datant de sa période à Wolfsbourg et Manchester City. 

© photonews

Dès lors, peut-on imaginer que cette fois, ce soit le travail de Janice Cayman à l'étranger qui ait été récompensé, comme les performances de Tine De Caigny avec les Red Flames avaient été récompensées un an plus tôt ? Pour Tessa, c'est visiblement inconcevable. "J'aimerais savoir pourquoi", s'interroge-t-elle après le verdict. Mauvaise perdante comme il y a un an, quand la star d'Anderlecht n'avait d'abord même pas un mot de félicitations pour sa coéquipière De Caigny. Elle corrigera le tir par après, une fois la déception avalée, et on ne doute pas qu'elle le fera à nouveau. 

Mais pour un football féminin qui a bien besoin d'autres visages emblématiques, voir celle que beaucoup identifient comme notre "ambassadrice" tirer la couverture à elle dès que possible est plutôt regrettable. En ce qui concerne Noa Lang, on ne se fait aucune illusion sur sa capacité à changer, ni même sa volonté : "Je ne changerai pas qui je suis, regardez où ça m'a mené", fanfaronnait-il hier lors de la cérémonie. Il est permis d'espérer que Tessa Wullaert, elle, apprenne à être plus classe dans la défaite ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos