Giorgio Chiellini, addio capitano

Antoine Bourlon
| 0 réaction
Giorgio Chiellini, addio capitano

Après 17 ans de bons et loyaux services, Giorgio Chiellini a annoncé qu'il quittera la Juventus.

Paolo Maldini, Fabio Cannavaro, Alessandro Nesta, Franco Baresi,... En Italie, on sait y faire en matière de défenseurs intransigeants.

Si certains diront que cela se perd et que le catenaccio est révolu dans le football moderne, Giorgio Chiellini fait partie de ceux qui on traversé les époques, sans flancher. 

Après des débuts à Livourne, le jeune Chiellini arrive en 2004 à la Juventus de Turin, à peine âgé de la vingtaine. Un an plus tard et un prêt à la Fiorentina fort de 42 matchs disputés, Chiello est prêt pour séduire la Vieille Dame et tous ses sympathisants. Il ne la décevra jamais. 

Du Calciopoli aux 9 Scudetti

Pour sa première saison sous le maillot juventini, le défenseur dispute une vingtaine de matchs et prend du galon aux côtés de grands défenseurs tels que Cannavaro, ThuramZambrotta ou Balzaretti. La Juventus remporte le championnat à a fin de la saison 2005-2006. 

Eclate alors le scandale du Calciopoli. La presse italienne s'enflamme et révèle des discussions entre le directeur général de la Juventus Luciano Moggi et Pierluigi Pairetto, ancien arbitre et chargé de la sélection des officiels entre 1999 et 2005. La désignation des arbitres a été faussée. Plusieurs clubs sont impliqués. La Juventus est rétrogradée en seconde division et est déchue de ses titres acquis lors des deux dernières saisons. 

Tandis qu'Ibrahimovic, Vieira, Thuram, Zambrotta, Cannavaro décident de ne pas accompagner la Vieille Dame en Serie B, Buffon et Chiellini, eux, affirment leur volonté de faire remonter le plus vite possible le club dans l'élite. L'histoire d'amour ne sera encore que plus belle ensuite. 

Repositionné lors de la saison 2007-2008 en tant que défenseur central, Chiello s'impose comme l'un des meilleurs défenseurs de Serie A et d'Europe, il impressionne et est élu meilleur défenseur du championnat italien en 2008. Arborant un masque de protection - suite notamment à une fracture au nez après un choc avec l'ex-Diable Rouge Gaby Mudingayi pour la petite histoire - puis très souvent, par la force des choses d'un bandeau ensanglanté sur la tête, le défenseur est un véritable roc infranchissable, dur sur l'homme. Un véritable cauchemar pour les attaquants. 

Si les années 2000 ne sont pas très glorieuses pour la Juve, la décennie d'après sera couronnée de succès et de gloire. Il aura fallu attendu l'arrivée d'Antonio Conte pour voir Il Re Giorgio glaner son premier Scudetto. 

Entre 2012 et 2020, il n'y aura que pour les Bianconeri sur la scène nationale. Et cela, toujours avec Chiellini fidèle soldat et guide de l'arrière-garde. Au total, le défenseur aura gagné 9 titres de champion d'Italie, 5 Coupes d'Italie et 5 Supercoupes. Un palmarès auquel il faut ajouter trois titres de meilleur défenseur du Calcio (2008, 2009 et 2010). Au final, la seule grande compétition qui lui manque - on n'oubliera jamais qu'il a remporté l'Euro avec l'Italie - c'est la Ligue des Champions, en échouant deux fois en finale, face au Barça (2015) puis face au Real (2017). Il a été élu 13e lors du dernier Ballon d'Or, pour sa première nomination. 

Chiellini Ronaldo

Fier représentant de l'ancienne génération, au service de la jeunesse 

Avec 559 apparitions sous le maillot bianconero, Chiellini est le 3e joueur le plus capé de l'Histoire de la Juve. Tandis que des Cannavaro ou même son acolyte de toujours Leonardo Bonucci sont partis puis revenus au club, Chiellini, lui, n'a jamais vu l'avenir autre part qu'à Turin. 

Un rôle de patron, concerné également par la jeunesse et le futur de l'arrière-garde des Juventini, comme il le déclarait à Mediaset après la défaite en finale de Coppa face à l'Inter. 

"Après ces 10 années magnifiques, c'est maintenant aux jeunes de continuer. Je pense que j'ai fait tout ce que je pouvais faire, j'espère que j'ai laissé quelque chose derrière moi. Lundi je dirai au revoir au Stadium contre la Lazio. Je donne le sceptre à beaucoup de jeunes, je pense que j'ai laissé quelque chose. Je suis content de partir à un si haut niveau, c'est mon choix à 100%. Je dis depuis de nombreuses années que je ne veux pas finir par me débattre. Aujourd'hui tant que je l'ai fait j'ai prouvé que j'en suis toujours là. Avec joie et sincérité, je pars. Je serai le plus grand fan. Cette équipe reste à l'intérieur de vous et vous ne pouvez pas la faire sortir."

Les années passent, mais la classe, elle, est toujours là. Arrivederci, Chiello

Chiellini Giorgio
© photonews
Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos