Fin de l'hémorragie, mais pas encore d'euphorie pour Charleroi

Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction
Fin de l'hémorragie, mais pas encore d'euphorie pour Charleroi
Photo: © photonews

Deux buts et deux bons gardiens: Charleroi et OHL se sont rendu coup pour coup mercredi soir, sur la pelouse du Mambourg. Match nul logique donc, mais qui ne fait pas les affaires des deux équipes qui continuent à faire du sur-place dans la course au top 4 (1-1).

Après une série de cinq défaites consécutives et malgré la bonne prestation de dimanche au Standard, Karim Belhocine a décidé de faire tourner son onze de base pour la réception d'OHL. Rémy Descamps a pris la place de Nicolas Penneteau dans les buts, Shamar Nichoslon était préféré à Kaveh Rezaei devant et Ognjen Vranjes, arrivé lundi, était lui aussi directement impliqué aux côtés de Dorian Dessoleil.

Contre des Louvanistes eux aussi dans une période délicate (sept petits points engrangés lors des sept dernières rencontres) et privés de leur buteur Thomas Henry, Charleroi a entamé la rencontre pied au plancher. Moins de soixante secondes après le coup d'envoi, Ali Gholizadeh, l'un des Zèbres les plus en vue de la soirée, décochait la première frappe cadrée de la rencontre, sans toutefois inquiéter Rafael Romo.

Coup de semonce pour les Zèbres 

Le Sporting a continué d'imprimer le rythme et dominé les dix premières minutes de la rencontre. Mais, comme souvent ces dernières semaines, les Zèbres se sont fait surprendre sur la première sortie, ou presque, louvaniste. Avec Siebe Schrijvers à l'assist, son premier pour OHL et un Kamal Sowah totalement oublié par la défense carolo, à la conclusion.

Un but qui a, forcément, réveillé les doutes carolos. Et si les bonnes intentions du début de rencontre ne se sont pas envolées, la précision et la justesse ont manqué au Sporting pour amener le danger devant Romo. C'est d'ailleurs OHL qui s'est ménagé deux grosses opportunités avant le repos. Une frappe à distance de Kamal Sowah, une tentative de beaucoup plus près d'Athur Allermeesch, et à chaque fois un excellent Rémy Descamps pour repousser le danger.

Remontés sur des ressorts 

Mais la donne a changé après le repos. Plus agressifs, plus précis et plus déterminés, les Carolos ont mis la pression et la défense louvaniste a commencé à rompre. Sur deux frappes à distance de Jordan Botaka et grâce à une excellente sortie devant Shamar Nicholson, Rafael Romo a repoussé l'échéance. Mais il n'a pu que s'incliner sur le coup franc magnifiquement botté par Dorian Dessoleil.

Une égalisation qui a eu le mérite de totalement ouvrir la rencontre. Les occasions se sont succédées des deux côtés. Siebe Schrijvers passait d'abord à deux doigts de son premier but pour OHL à l'heure de jeu. C'est ensuite, encore, Rafael Romo qui sortait le grand jeu, à deux reprises devant Ali Gholizadeh, pour empêcher Charleroi de passer devant.

Dans le dernier quart d'heure, Karim Belhocine a joué le tout pour le tout, en faisant monter Lukasz Teodroczyk et Massimo Bruno. Les deux anciens Mauves ont mis à contribution le portier adverse, mais Rafael Romo s'en est encore très bien sorti. 

Le Vénézuélien héritera sans aucun doute du statut d'homme du match et il permet à OHL de quitter le Mambourg avec un partage. Charleroi met fin à une série de six défaites, mais reste coincé à la huitième place, à trois points d'Anderlecht et du Standard, qui se déplace jeudi à Ostende. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos