L'Excelsior Virton réagit : "Les joueurs ne sont pas pris en otage, le club l'est !"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
L'Excelsior Virton réagit : "Les joueurs ne sont pas pris en otage, le club l'est !"

Suite à la lettre ouverte collective publiée par les joueurs de l'Excelsior Virton, le club gaumais a réagi officiellement via un communiqué.

Comme nous l'expliquait le jeune Lucas Ribeiro la semaine passée et comme l'expliquent depuis des mois plusieurs joueurs à divers médias, l'Excelsior Virton semble peu préoccupé par la situation de ses joueurs depuis la fin de saison et la non-obtention de la licence professionnelle du club pour la saison prochaine. Enchaînant les recours devant les tribunaux, le club a placé ses joueurs en chômage technique et n'a organisé aucun entraînement collectif, laissant ceux qui en avaient la possibilité engager des entraîneurs individuels pour travailler leur forme (c'est notamment le cas de Lucas Ribeiro). 

Une situation qui a forcé les joueurs à publier une lettre ouverte, dénonçant l'absence de communication, de programme de reprise ou de maintien de forme, une dégradation de l'image du club et des joueurs ainsi que de leur valeur marchande, un groupe toujours en chômage technique ("le seul club de Belgique et même d'Europe") et un refus de discuter de tout départ du club. 

Virton réagit ... sur un seul point 

 L'Excelsior Virton vient de réagir officiellement. Si elle se contente, pour la quasi-intégralité des points soulevés, de souligner que la volonté de la direction a toujours été "de placer les intérêts du club au-dessus des intérêts individuels", le point auquel le club gaumais répond en détail est celui des transferts "bloqués". 

"Certains joueurs ont sollicité expressément une demande de liberté de transfert ; il leur a été répondu, par le biais d’un des conseils du Club, qu’une telle demande ne reposait sur aucun fondement légal ni contractuel (...) Ces demandes se fondaient sur une disposition de la CCT de 2018 qui ne pouvait être appliquée en l’espèce puisque cette disposition concerne la relégation sportive ; or ce n’est pas le cas du Royal Excelsior Virton qui n’est pas relégué sportivement mais bien administrativement suite au refus de licence professionnelle". 

Impossible,  donc, pour les joueurs d'être transférés librement, comme nous l'expliquaient certaines sources depuis quelques semaines ; la relégation n'étant pas sportive mais administrative, la clause libérant les joueurs en cas de descente ne s'applique pas. 

Il est inexact de prétendre que les joueurs sont pris en otage 

Virton rejette également l'utilisation de l'expression "pris en otage" : "Il est inexact de prétendre que ceux-ci seraient pris en otage par la Direction du club alors que c’est sur base d’un règlement illégal que le club a été relégué dans le football amateur et qu’il se trouve lui-même en quelque sorte otage des décideurs de l’Union Belge de football". 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos