Analyse José Bordalas : le magicien, au parcours inattendu, devenu candidat à un trophée européen

Redaction
| 0 réaction
José Bordalas : le magicien, au parcours inattendu, devenu candidat à un trophée européen

"Pepe" Bordalas n'était certainement pas le footballeur le plus brillant. En revanche, les surprises créées avec les différents clubs dont il a pris les rennes font presque de lui un magicien, du Pays Basque à Madrid, en passant par l'Europe.

Un joueur médiocre

Attaquant, Bordalas ne parvenait pas à évoluer plus haut qu’en troisième division. Ce n’est pas faute d’avoir essayé différents clubs, dix au total. A seulement 28 ans, et encouragé par une lourde blessure, l’Espagnol décide alors de prendre sa retraire de joueur.

Près de 20 clubs fréquentés

Dès 1993, il entraîne les jeunes du club de sa ville natale, Alicante. Pendant une quinzaine d’année, José Bordalas entraîne plusieurs clubs d’échelons inférieurs, de telle sorte que sa carrière de coach ressemblait, jusque-là, très fort à sa carrière de joueur : modeste, chamboulée, mais déterminée.

Une première ascension, en vain 

L’entraîneur espagnol trouve alors un peu de stabilité à Elche, en deuxième division, où il restera trois saisons, avant de rejoindre Alarcon pour autant de temps et dans le même championnat. C’est dans ce dernier qu’il va se faire remarquer, mais avec les Basques du Deportivo Alaves. Il fait monter le club en Liga dès sa première saison. Mais le Glorioso préfère continuer l’aventure avec Pellegrino.

Le magicien de Getafe

Peu importe, Pepe Bordalas est promu avec Getafe et rejoint finalement la Liga. En 2019, le club de la banlieue madrilène termine cinquième et se qualifie pour l’Europa League. En février, lors des seizièmes de finale, la surprise continue : Getafe élimine l’Ajax, demi-finaliste de la dernière Ligue des Champions.

Une surprise dans la continuité d’un autre exploit. Après des débuts compliqués, les Madrilènes continuent la deuxième partie de saison en boulet de canon. De la 18ème, il remonte à la 3ème place vingt journées plus tard. Désormais, Getafe est cinquième, à un point du podium.

Avec des moyens bien moindres que ses rivaux

Pourtant, Bordalas rivalise avec les meilleurs, mais dispose d’un effectif bien moins attirant, sur le papier. Pour preuve, le transfert le plus cher de l’histoire du club concerne Nemanja Maksimovic. Getafe avait alors dépensé 10 millions d’euros pour acquérir le médian serbe.

La valeur marchande de l’ensemble de l’effectif est estimée cinq fois inférieure à celle du Barca, par exemple. Le meilleur buteur de l’équipe cette saison (10 buts) n’est autre qu’Angel Rodriguez, que Getafe a récupéré gratuitement en 2017.

Une recette pas très appétissante mais qui rapporte gros

Plus surprenant encore, Bordalas est à la tête de l’équipe qui a le plus faible taux de possession du ballon du championnat. Getafe est une pure équipe de reconversion, jouant avec ses moyens et profitant de la moindre erreur de l’adversaire pour partir en contre. Dans un simple 4-4-2, le technicien espagnol de 56 ans exige un pressing très haut. A tel point que, si ses joueurs n’ont pas souvent le ballon dans leurs pieds, Getafe est l’équipe dont les adversaires parviennent le moins souvent à passer le milieu de terrain.

Une tactique pas toujours plaisante à regarder, mais qui rapporte gros ; des points, un prestige européen et un trophée de meilleur entraîneur de Liga en 2019.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos