Attaquer ne doit pas concerner que les attaquants

Florian Holsbeek
Florian Holsbeek
| 0 réaction
Attaquer ne doit pas concerner que les attaquants

Le Club de Bruges a de plus en plus de mal à trouver le chemin des filets et bien évidemment les attaquants sont pointés du doigt.

Un seul but, un peu venu de nulle part, contre Courtrai. Pas le moindre but contre Mouscron en ne signant qu'un seul tir cadré, et même à Ostende malgré les trois buts marqués la rencontre avait été compliquée.

Sans manquer de respect à ces trois équipes, un Club de Bruges, avec les ambitions affichées et les efforts consentis par la direction pour garder tout le monde, doit dominer ces rencontres de la tête et des épaules, dans la possession et dans les occasions de but.

Du coup, trois hommes sont pointés du doigt: Krmencik, Badji et Okereke. Les trois joueurs, qui peuvent jouer au poste de numéro 1, ne sont pas dangereux et ne trustent pas les premières places des meilleurs buteurs du championnat. "Marquer des buts, c'est comme une bouteille de ketchup, avec un but les autres peuvent suivre", a déclaré Clement après le nul au Canonnier.

Mais attaquer, c'est l'affaire de tous, surtout au Club de Bruges. La saison dernière, chaque ligne était déterminante et c'est quelque chose qu'on ne retrouve plus sur la pelouse. D'abord, les latéraux. Sobol ne délivre pas de passes décisives et Clinton Mata manque de repères et joue de plus en plus bas. Devant lui, les noms changent: Lang, Dennis, Badji, Diatta et même Okereke ont joué au poste d'ailier droit cette saison: difficile de trouver des automatismes.

Le trio du milieu de terrain a aussi perdu de sa superbe. Ruud Vormer et Hans Vanaken jouent beaucoup depuis le début de la saison et cela se ressent. Les percées de ces derniers sont rares et ils ne se présentent plus aussi souvent que les années précédentes devant le but.

Enfin, les ailiers ne sont pas non plus au même niveau, surtout Emmanuel Dennis. A force de jouer pour sa pomme sur le côté, l'attaque brugeoise devient de la compote et elle commence à être indigeste.

Pour réussir ses objectifs, Bruges a besoin d'un jeu offensif performant et il n'en prend pas le chemin. Une prise de conscience collective est obligatoire, sans cela la saison sera une énorme déception.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos