Le parquet fédéral révèle quels matchs sont soupçonnés de truquage et fait le point sur l'opération "Mains propres"
Florent Malicepar Florent Malice
Date
0 réaction

Malines-Waasland-Beveren et Antwerp-Eupen soupçonnés de truquage

Le parquet fédéral révèle quels matchs sont soupçonnés de truquage et fait le point sur l'opération "Mains propres"
Photo: © photonews

Le parquet fédéral a tenu ce jeudi après-midi une conférence de presse pour faire le point sur l'affaire en cours et qui secoue le football belge. Les deux matchs soupçonnés de truquage ont été révélés.

Le parquet fédéral a en effet trouvé des indices de falsification dans le cadre de deux rencontres : Antwerp-Eupen (29e journée) et Malines - Waasland-Beveren (30e), a déclaré la porte-parole Wenke Roggen. Deux rencontres décisives dans la course au maintien pour le KV Malines, finalement rétrogradé suite à la large victoire d'Eupen sur Mouscron (4-0), dont le match n'est pas cité.

Veljkovic, Vertenten, Delferière, les directions de Malines et Beveren...

"L'enquête a indiqué que l'agent de joueurs D.V. (Dejan Veljkovic), en concertation avec quatre membres du conseil d'administration du KV Malines, directement ou via des amis, aurait influencé les résultats de ces deux rencontres. Cela semblerait inclure des accords avec l'arbitre B.V. (Bart Vertenten) et divers membres du conseil d'administration de Waasland-Beveren". 

"Des contacts auraient également été pris avec des journalistes sportifs afin d'influencer les notes attribuées à l'arbitre en question dans la presse suite à la rencontre", révèle également le parquet.  "De plus, des contacts non-autorisés entre D.V. et S.D. (Sébastien Delferière) en échange de certains services auraient également été constatés". 

Dans les cas de Mogi Bayat, mais aussi et encore de Dejan Veljkovic, les faits reprochés ont également été révélés par le parquet. Veljkovic aurait élaboré plusieurs constructions en collaboration avec le FC Malines, le RC Genk, Lokeren, le FC Bruges et le Standard afin de s'octroyer des commissions cachées, et des primes pour les joueurs qu'il représentait. Ces fonds transiteraient par des entités juridiques à Chypre, au Montenegro et en Serbie (où près de 3,7 millions ont été découvert, ainsi que les emballages de montres de luxe à hauteur de 8 millions d'euros).
Mogi Bayat aurait quant à lui manipulé le transfert de plusieurs joueurs afin de maximaliser ses revenus dans le cadre de transferts - cela sans impliquer les joueurs et les clubs directement. Il aurait fait appel à l'aide de tierces personnes en France, en Angleterre et au Luxembourg.



Commentaires 0 réaction



AddToAny
Il n'a pas encore de réactions