Quand Walfoot faisait escale (imprévue) en Biélorussie

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Quand Walfoot faisait escale (imprévue) en Biélorussie
Photo: © SC

Le match face à la Biélorussie est également l'occasion pour un petit flashback sur le Mondial 2018, quand un transit à travers le Belarus se passait de manière ... imprévue.

Nous sommes le 29 juin 2018, lendemain de la victoire des Diables Rouges à Kaliningrad face à l'Angleterre ; un résultat qui nous enverra à travers toute la Russie (Rostov-sur-Don, Kazan puis Saint-Pétersbourg), et la perspective en est excitante. Reste à ... rentrer à Moscou : après avoir fait le trajet aller en avion, la décision a été prise de profiter d'un des très typiques trains à couchettes russes, gratuits sur présentation d'un Fan ID ou d'un pass presse pour la durée du Mondial, pour le retour. Un trajet de ... 22 heures, rien que ça, mais l'expérience est véritablement à conseiller à tous ceux souhaitant connaître la Russie "vraie". 

Du moins, l'expérience que nous en ferons dans l'ensemble par la suite, pas vraiment celle vécue entre Kaliningrad et Moscou par Walfoot et Voetbalkrant, en passant par ... le Belarus. Pour traverser la République du Belarus, il faut habituellement un visa de transit, rendu facultatif pour rendre les déplacements plus faciles durant le Mondial. Problème : le statut de journaliste a été semble-t-il ... oublié lors de cette facilitation, et nos pass presses seront refusés à la frontière lituano-bélarusse. 

Cinq heures en cellule ... et un garde qui connaît Liège 

En ex-URSS, la loi est la loi, si absurde soit-elle : malgré notre évidente bonne foi et celle des gardes-frontières, ils n'ont d'autre choix que de nous faire sortir du train, qui repartira sans nous, et de nous mettre ... en cellule (ouverte), le temps de tirer notre statut au clair. Nous sommes en effet, littéralement, illégaux sur le territoire biélorusse. Cela durera cinq longues heures, sans internet et sans réseau, durant lesquelles nous prenons le parti d'en rire après une certaine panique initiale. 

Après avoir d'abord caressé le projet de nous ... renvoyer à Vilnius, en Lituanie, où nous aurions dû prendre un avion pour Moscou (pratique quand vous avez des deadlines serrées ...), les autorités compétentes, en lien avec l'ambassade belge, nous laisseront finalement filer avec le sourire, non sans avoir posé de nombreuses questions. L'un des gardes, très sympathique, a ainsi ... bien connu Liège (et le Standard !) où il a vécu quelques mois chez un proche. Celui qui parle de la Belgique comme pays du surréalisme ne connaît pas la Russie et ses pays-satellites, où tout peut arriver. Une chose est sûre : ce soir face au Belarus, certains confrères, hilares à l'époque, ne manqueront pas de nous rappeler cet épisode ... 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos