Hervé Koffi et Marko Bakic offrent un point à un Mouscron en rodage au Bosuil !

Florent Malice
Florent Malice depuis le Bosuil
| 0 réaction
Hervé Koffi et Marko Bakic offrent un point à un Mouscron en rodage au Bosuil !

L'Excel Mouscron a paru longtemps sans idées au Bosuil, mais il aura suffi d'un éclair de Marko Bakic pour arracher un point ... qui doit beaucoup au portier Hervé Koffi.

La Pro League est de retour ! Malheureusement, peut-on imaginer plus tristes retrouvailles avec notre championnat qu'un déplacement dans un Bosuil vide de ce qui fait son âme, à savoir son public en éruption ? Tant mieux, cela dit, pour l'Excel Mouscron qui se simplifie là l'un des déplacements habituellement les plus difficiles de la saison. Avec 6 "lillois" sur le terrain, et 7 nouveaux venus (Badibanga étant le dernier larron), les Hurlus ont bien besoin d'une adaptation progressive au championnat. 

La chaleur n'aidera pas, probablement et pour faire dans le poncif, à proposer un spectacle de qualité à Anvers. Les vainqueurs de la Coupe maîtrisent leur sujet mais peinent à exploser ; Ivan Leko se prive de Didier Lamkel Zé, sur le banc, et voit Dieumerci Mbokani maîtrisé par le duo Agouzoul - Antonov dans l'axe. Le danger viendra principalement de corners, sur lesquels Hervé Koffi doit se montrer attentif à la demi-heure. 

Koffi crème 

L'international burkinabé sera l'homme de la première période : doté d'une relance à la main digne d'un lanceur de javelot, parfois un peu hésitant dans son jeu au pied, il est en revanche félin sur sa ligne, comme lors d'une énorme double occasion qui le voit s'interposer devant Haroun, puis Juklerod. Jean Butez, de son côté, passe une soirée tranquille face à ses anciennes couleurs, seul Beni Badibanga l'alertant vaguement d'une frappe lointaine. 

Mais même Koffi ne pourra rien en seconde mi-temps, quand une faute de Jean Onana permet à Lior Refaelov de le défier du point de penalty. L'Israélien transforme, et on se dit que le plus dur est fait pour l'Antwerp. C'est heureux pour le Great Old car si Mouscron est désespérément impuissant, Dieumerci Mbokani reste invisible devant. 

Changements gagnants

Refaelov passera tout près du doublé sur un très bel enchaînement mais trouvera le déjà inévitable Koffin sur son chemin (66e). Il faut du changement du côté hurlu et la double entrée de Serge Tabekou et, surtout, Marko Bakic feront la différence : Tabekou amène enfin un peu de percussion sur son flanc et l'un des corners amenés trouvent Bakic au second ballon. Le Monténégrin ne se fait pas prier et envoie un missile dans la lucarne - et un message à Fernando Da Cruz : c'est bien dans le 11 qu'il a sa place, pas ailleurs. 

Didier Lamkel Ze aurait-il dû, lui, débuter la rencontre ? L'enfant terrible du Bosuil met le feu sur son flanc gauche une fois rentré, offrant presque le but de la délivrance à Refaelov (88e). Celui-ci ne viendra pas malgré les six minutes étranges de temps additionnel accordées par Mr Verboomen : Mouscron prend un point déjà à savourer, car tombé un peu de nulle part.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos