Karim Belhocine aurait préféré ne pas jouer ce week-end : "Cela n'a rien à voir avec le football"

Antoine Bourlon
| 0 réaction
Karim Belhocine aurait préféré ne pas jouer ce week-end : "Cela n'a rien à voir avec le football"
Photo: Photonews

Le coach du KVK ne sait plus quoi faire avec tous les cas de Covid qui font l'actualité du club. Récemment, 19 cas positifs ont été recensés.

Courtrai a récemment été frappé par des cas de coronavirus. Les clubs qui ont au moins sept cas positifs de joueurs ayant joué au moins 30% des matchs, ou qui comptent deux gardiens infectés sur la liste du noyau A, ont la possibilité de demander le report d'un match. Néanmoins, Courtrai a voté contre cette proposition lors de l'Assemblée Générale et compte tout de même jouer ce week-end, contre Gand. 

Pour Het Laatste Nieuws, Karim Belhocine s'est exprimé à ce sujet : 

"Tous les membres du personnel ont été touchés par le virus", a-t-il déclaré. "Mon assistant et moi ne sommes de retour sur le terrain d'entraînement que depuis aujourd'hui.  Nous n'avons pas été en mesure de nous préparer. J'ai été incapable de m'entraîner pendant une semaine et il y a même eu des jours où aucun entraîneur n'était présent. Tous mes assistants étaient en quarantaine, donc nous ne nous sommes pas entraînés pendant deux jours."

Il s'est également indigné quant au report du match contre l'Antwerp. "Je ne comprends toujours pas pourquoi. À l'époque, il n'existait pas de règlement permettant de reporter les matchs en raison d'un certain nombre d'infections. Nous avons beaucoup de cas positifs et à peine assez de joueurs pour remplir la feuille de match. Le nombre de footballeurs belges devient également un problème. La sélection dépendra du Covid." 

Le Franco-Algérien s'est également opposé quant au refus de son club quant au report des matchs.

"Nous devons arrêter d'être trop amicaux. Si on ne peut pas jouer, on ne peut pas jouer. Je suis la décision du club, mais j'aurais préféré ne pas jouer. Je pense aussi à la santé de mes joueurs, car si un joueur n'a que deux entraînements dans les jambes, le risque de blessure est beaucoup plus élevé. Si je n'ai que douze ou treize joueurs, je ne pourrai pas compenser d'éventuelles blessures pendant le match. Il s'agit d'une situation particulière. Cela n'a rien à voir avec le football."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos