Analyse Patron en Pro League, sur le banc à l'Euro

Patron en Pro League, sur le banc à l'Euro
Photo: © photonews

Patrik Hrosovsky est le seul joueur de la sélection slovaque à évoluer en Jupiler Pro League. Et alors qu'il est très important dans l'entrejeu du Racing Genk, il entamera l'Euro 2024 comme remplaçant ; un paradoxe.

La Slovaquie n'est que la 48e nation mondiale (cela en fait la moins bien classée au ranking FIFA au sein du groupe des Belges), et ne compte pour ainsi dire aucune star à l'exception peut-être de Milan Skriniar. Pourtant, Patrik Hrosovsky (32 ans), 53 matchs (6 assists) avec le Racing Genk cette saison et 10 titularisations en autant de matchs de PO1, sera sur le banc.

Le milieu de terrain limbourgeois est bien sûr un international confirmé, jamais remis en cause au sein du groupe : il compte 55 caps avec la Slovaquie. Mais il n'a disputé que 6 des 10 rencontres qualificatives pour l'Euro 2024, souvent pour quelques minutes seulement (une seule titularisation, lors du dernier match).

"S'il y a bien un poste où il y a abondance de biens en Slovaquie, c'est le milieu de terrain", nous explique Pierre Vuillemot, cofondateur de Footballski, média spécialisé dans le football d'Europe de l'Est et d'Europe centrale. "Et ce depuis les débuts de Hrosovsky, qui a toujours été respecté même à son époque au Viktoria Plzen".

Hrosovsky victime de la concurrence

La Slovaquie évolue en effet souvent avec trois milieux de terrain au profil comparable à Hrosovsky. "Globalement, ce sont trois 6-8 très physiques. Le trio Lobotka-Duda-Kucka est incontournable, avec Kucka en vétéran de 37 ans mais dont le rôle est crucial dans l'impact", explique Vuillemot.

Hrosovský Patrik
© photonews

Et avant cela, bien sûr, il y avait Marek Hamsik, que la Slovaquie n'a jamais vraiment remplacé. "Il fait partie du staff à l'heure actuelle, et fait le lien entre le coach et les joueurs qui ne parleraient pas italien. Son profil manque à la sélection, capable de faire la différence sur phase arrêtée ou sur un coup de génie". Même son départ à la retraite n'a pas propulsé Patrik Hrosovsky dans le onze.

Lundi, donc, sauf surprise, le Genkois sera sur le banc. Mais cela ne l'empêche pas d'être respecté au pays. "Il a toujours fait son travail en sélection, on sait que s'il faut faire appel à lui, il répondra toujours présent", conclut Pierre Vuillemot, spécialiste du football slovaque. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Inscrivez-vous maintenant à la newsletter de Walfoot

Plus de news

Plus de news