Analyse Landry Mulemo : Un nouveau défi pour terminer une carrière particulière
Antoine Arnould
| 0 réaction
Landry Mulemo : Un nouveau défi pour terminer une carrière particulière
Photo: © photonews

En signant récemment à l'UR Namur, Landry Mulemo a signé un contrat avec son dixième club depuis ses débuts professionnels. L'occasion de revenir sur un parcours pour le moins particulier.

Ses débuts à Saint-Trond

En 2004, alors que Mulemo s’approche de ses 18 ans, le Standard de Liège à qui il appartient l’envoie en prêt à Saint-Trond. Le 21 août 2004, l’arrière gauche fait ses débuts, à l’extérieur face à Mouscron. Après une fin de première saison compliquée, le natif de Kinshasa deviendra rapidement un titulaire indiscutable dans l’effectif trudonnaire. En tout, il portera la vareuse des Canaris à 72 reprises.

Arrière gauche relativement intéressant offensivement, doté d’une bonne qualité de centre, le Standard lui fait confiance dès son retour dans le club liégeois. Il aligne les titularisations et les montées au jeu en cours de match, malgré une blessure musculaire qui l’écarte des terrains deux mois durant.

La belle époque du Standard

Sans y voir une corrélation directe, le retour de Mulemo au Standard correspond au premier titre des Rouches depuis 25 ans. L’année suivante, il joue plus régulièrement. Il est titulaire lors des deux rencontres de test-match face à Anderlecht qui resteront dans la mémoire de tous les supporters du Standard pendant longtemps.

Il restera donc dans l’Histoire du club liégeois, tout en reconnaissant dans un reportage réalisé par son futur club courtraisien que c’était incroyable de partager le vestiaire avec des joueurs autant talentueux que ne l’étaient et ne le sont encore des Axel Witsel, Marouane Fellaini, Dante ou Milan Jovanovic. Il se rappelle néanmoins : « Mais le joueur avec lequel j’ai pris le plus de plaisir, c’est Mbokani. C’est un joueur extraordinaire ! ».

Débuts de courts passages dans différents championnats

La saison suivant les deux titres est plus compliquée pour le Standard qui a vendu ses gros calibres à l’étranger. Il reste tout de même un pion essentiel de Bölöni. L’été 2010, il tente sa chance lui aussi dans un autre championnat. Débute alors un tour d’Europe, et au-delà. Dans un premier temps, direction la Turquie où Mulemo disputera à peine une saison avec Bucaspor. Il a de nouveau une place de titulaire incontesté.

Le Belgo-congolais revient dès la saison suivante en Belgique. Il s’engage alors pour deux saisons avec les Courtraisiens. Dans le reportage du KVK réalisé en 2014, Mulemo explique l’émotion lors d’un but qu’il inscrit pour les Flandriens contre le Cercle de Bruges, le deuxième de sa carrière : « En fait, j’attendais ce but depuis très longtemps. Mon dernier but remontre à… très très longtemps » sourit-il (ndlr : avec Saint-Trond cinq ans auparavant).

Après deux saisons à Courtrai, il retente sa chance à l’étranger. Après un court passage en Israël avec le Beitar Jérusalem, il est transféré une demi-saison en Hongrie. Il revient de nouveau à Courtrai pour mieux repartir : à Vllaznia en 2017 (Albanie), puis Birkirkara (Malte).

Le globetrotter est de retour !

Sans club depuis deux ans, l’UR Namur vient de lui signer un contrat. Il rejoindra ainsi Logan Bailly, autre potentiel qui a marqué le championnat belge. Véritable globetrotter, il s’en sort avec une carrière aboutie de deux titres de Belgique, deux buts, douze assists et pas moins de 278 rencontres disputées dans ses dix différents clubs.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos