Euro 2007 : la première épopée d'une génération dorée

Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction
Euro 2007 : la première épopée d'une génération dorée
Photo: © photonews

12 ans après, la Belgique est de retour dans un championnat d'Europe U21. À la veille de l'entrée en lice des Diablotins en Italie, retour sur un tournoi qui a contribué à replacer le football belge sur la carte du monde.

Thomas Vermaelen, Jan Vertonghen, Marouane Fellaini, Axel Witsel, Laurent Ciman, Kevin Mirallas ou encore Nicolas Lombaerts : si une partie du noyau qu’avait emmené Jean-François De Sart aux Pas-Bas à l’été 2007 n’a jamais connu les Diables Rouges, ils sont tout de même quelques-uns à avoir aiguisé leurs armes avec les Espoirs, cet été-là, avant de connaître les joies d’un grand tournoi international avec l'équipe A.

Un bon partage inaugural

Brillamment qualifiés grâce à un succès 1-4 en Bulgarie en octobre 2006, les jeunes Belges entament bien leur tournoi, avec un bon partage contre le Portugal, considéré comme un des favoris de la compétition (0-0).

Une victoire cruciale

Mais Jean-François De Sart et ses hommes le savent : pour espérer franchir la phase de poules, il faut gagner. Mission accomplie, le 13 juin 2007, à Herenveen contre Israël. Un but rapide de Kevin Mirallas, suffit à la Belgique, qui a son sort entre ses mains avant la dernière rencontre.

La qualif’ olympique

C’est le pays organisateur, futur champion d’Europe, qui attend la Belgique et les données sont très claires au moment d’entamer cette rencontre. Un partage suffira aux Belges pour filer dans le dernier carré. Mais les Néerlandais, pourtant rapidement menés, suite à un nouveau but de Kevin Mirallas, passent devant avant la pause.

Pendant une bonne demi-heure, la Belgique est éliminée. Jusqu’à ce que Sébastien Pocognoli ne sorte de sa coquille pour offrir à la Belgique, une qualification historique pour les Jeux Olympiques.

Et si la Serbie était trop forte pour les jeunes Belges en demi-finale, l’objectif était atteint. Un an plus tard, à Pékin, cette génération va d’ailleurs confirmer tout le bien qu’on pense d’elle, en passant tout près d’une médaille olympique. Deux exploits qui ont lancé la génération actuelle des Diables qui allait attendre six ans pour goûter aux joies d’une Coupe du monde.

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos