Exclusif - Pelé Mboyo : "L'Arabie Saoudite était une opportunité à saisir"
Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction

Exclusif - Pelé Mboyo, de retour à Courtrai après quatre mois en Arabie Saoudite

Exclusif - Pelé Mboyo : "L'Arabie Saoudite était une opportunité à saisir"

Pelé Mboyo avait surpris tout le monde le 31 janvier dernier en rejoignant presque sur le gong l'Arabie Saoudite, lui qui avait retrouvé son meilleur niveau à Courtrai. Quatre mois plus tard et en exclusivité pour Walfoot, il est revenu sur ce choix.

Avec sept buts (dont un doublé face à Genk en septembre) et quatre assists ainsi qu'un niveau de jeu proche de son meilleur niveau, Pelé Mboyo (32 ans) avait fait taire les sceptiques pour son retour en Pro League avec le KV Courtrai. Surprise, donc, quand l'ex-Diable Rouge (une sélection en 2014) opte pour Al-Raed et l'Arabie Saoudite cet hiver. Mboyo est revenu pour la première fois sur ce choix dans un entretien accordé à Walfoot.be. 

Pelé, ce choix pour l'Arabie Saoudite en fin de mercato, qu'est-ce qui l'a motivé ? 

Ce qui m'a convaincu, je n'ai pas honte de le dire et c'est évident : c'est le financier. Vous savez, je suis plus proche de la fin de ma carrière que du début : je ne peux pas ignorer les opportunités financières. Mais ce qui était important, c'était que le KV Courtrai s'y retrouve : c'est, avec Charleroi, le club qui a lancé ma carrière en Belgique, j'ai énormément de respect pour eux, pour les supporters. 

Et avec cette offre, tout le monde s'y retrouvait. Le KV a touché pour ce prêt payant de quatre mois une somme que des clubs belges touchent habituellement pour un transfert. Puis, il y avait la situation du club : mes objectifs étaient de jouer les PO1 et de faire quelque chose en Coupe au vu du tableau ouvert. Atteindre les PO1 était compliqué et nous étions éliminés en Coupe ; si Courtrai avait été 5e, ça aurait été autre chose, je serais resté. 

J'ai appris énormément sur le plan humain en Arabie Saoudite 

Pas de regrets, donc. 

Non, vraiment pas. Le club a reçu un montant intéressant, j'ai reçu un salaire intéressant, je n'en ai pas honte. Et je ne partais pas totalement dans l'inconnu : Besnik Hasi était le coach, Kanu (ex-Anderlecht, ex-Courtrai) avait signé là aussi. Ca m'a aussi convaincu. 

Toi qui n'avais jamais joué hors d'Europe, l'Arabie Saoudite, c'est un sacré dépaysement ! 

C'est aussi ça qui était intéressant. Evidemment, c'est différent, c'est un pays islamique. Certaines choses m'ont surpris, comme la séparation hommes-femmes dans certains lieux publics - il y a des entrées séparées dans les restaurants, par exemple. Et en dehors des grandes villes comme Riyad et Djeddah, il n'y a pas grand chose à faire. La ville du club d'Al-Raed (Buraydah, nda), ce n'est pas très vivant. Après, c'est un beau pays, très sûr , et j'ai beaucoup appris sur le plan humain. Etant moi-même très croyant, j'ai aussi découvert des choses sur ce plan. 

Et le niveau de jeu ? Plus faible que la Pro League ? 

(Il hésite) Je ne dirais pas plus faible. Il y a de bons joueurs ici, des (Sebastian) Giovinco, des (Bafétimbi) Gomis, et les Saoudiens eux-mêmes sont individuellement et techniquement bons. Mais c'est beaucoup plus faible que chez nous sur le plan tactique, ça oui. Il n'y a pas cette culture et cette science tactique qu'on a en Europe. Mon rythme ? Ne vous en faites pas pour ça : ils courent partout tout le temps ici (rires). Du rythme, il y en a. Le ballon est à gauche, tout le monde court à gauche, il est à droite, tout le monde court à droite. C'est presque ça le plus dur (rires). Je suis fit et dans le rythme, pas de souci. 

Maintenant, tu es de retour en Belgique. Tu sais déjà de quoi l'avenir sera fait ? 

Comme prévu, je reviens à Courtrai après le prêt. Ils ont fait un geste positif en me laissant partir comme ça, même s'ils s'y retrouvaient également. Il n'y a rien de 100% prévisible en football et je ne suis pas du genre à prévoir tout et à me faire des films : je suis un joueur du KV Courtrai et j'aime ce club. On verra bien ce qui m'attend après. J'ai 32 ans, mais de nos jours, avec les moyens à notre disposition, les carrières peuvent durer longtemps : regardez Mbokani, Buffel, Harbaoui qui est meilleur buteur ; on peut être au top belge jusqu'à un certain âge. 

La suite de l'interview de Pelé Mboyo bientôt sur Walfoot.be ! 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos