Le secret de l'Algérie ? "Les cadres répondent présent et l'équipe est soudée"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Le secret de l'Algérie ? "Les cadres répondent présent et l'équipe est soudée"
Photo: © photonews

L'Algérie affronte le Sénégal en finale de la CAN. Les Fennecs ont surpris l'Afrique en réalisant des performances sérieuses et solides après des années de galère : nous en avons parlé avec Naïm Beneddra, journaliste algérien.

L'Algérie était le seul pays de la région dite d'Afrique du Nord à ne pas s'être qualifié pour la Coupe du Monde 2018 (Tunisie, Maroc et Egypte étant tous trois en Russie) ; un an plus tard, les Fennecs sont en finale de la CAN. Un contraste frappant. "Ce qui permet ce résultat, le meilleur depuis 29 ans, c'est premièrement la présence d'un sélectionneur compétent, Djamel Belmadi", nous explique Naïm Beneddra, journaliste algérien travaillant pour Goal.com. 

"Il a amené un souffle nouveau  et ses méthodes sont en conformité avec ce qu’exige le plus haut niveau. Et c’est un vrai contraste par rapport à ses prédécesseurs. Il a instauré la rigueur, la discipline, mais aussi beaucoup de travail tactique", estime notre interlocuteur. L'Algérie a ainsi pu retrouver une véritable organisation plutôt que se contenter d'éclairs individuels. 

Des stars au service du collectif 

"L'équipe est soudée et même les remplaçants affichent une attitude irréprochable, à l’instar de Yacine Brahimi. C’est une vraie famille, et pour le coup ce n’est pas qu’une simple formule de circonstance", affirme Beneddra. "Les cadres répondent tous présent, ce qui n'a pas toujours été le cas par le passé ; aujourd'hui, ils prennent leurs responsabilités et on les voit même travailler dans le repli défensif. Et si l'Algérie brille aujourd'hui, c'est aussi grâce à une rigueur retrouvée derrière : ça a été notre grand défaut par le passé, et l'équipe se montre cette fois très hermétique".

Sur le plan individuel, certains joueurs brillent : c'est le cas de la star absolue Riyad Mahrez, mais aussi de révélations comme Ismael Bennacer. "C'est la surprise du tournoi : il est devenu notre régulateur au milieu de terrain. Il y a aussi le duo Bounedjah-Belaili, aussi complices dans la vie qu’ils ne le sont sur le terrain. Bounedjah n'a marqué qu'un but jusqu'ici mais c’est un élément très précieux. C’est un excellent point d’appui, et plus doué balle au pied que ne l’était l’ancien titulaire au poste, Islam Slimani", détaille Naïm Beneddra. 

Bref : l'Algérie est redevenue une équipe majeure sur la scène africaine et espère bien aller chercher ce trophée, plus remporté depuis 1990, et repartir de l'avant ...

Plus d'infos

Plus d'infos