Mais que fait le promu de Famalicão en tête du championnat portugais?
Alexandre Moreira
| 0 réaction
Mais que fait le promu de Famalicão en tête du championnat portugais?

Ce dimanche, un choc inattendu se tient au Portugal. Le FC Porto reçoit le leader. Non pas le Benfica, ni le Sporting CP, mais bien Famalicão , un petit club loin d'être habitué à l'élite.

Famalicão marche sur un nuage en ce début de saison. Avant le choc de cette 8ème journée face à son dauphin le FC Porto, une explication s'impose. 

Le mois de novembre arrivant à grands pas, les classements des ligues européennes se dessinent et les habituels candidats aux titres s'installent tranquillement dans le haut du tableau. Seuls les championnat allemands et turques hésitent à se prononcer, du fait de l'inconstance compétitive des principaux favoris. Au Portugal, le FC Famalicão fait son petit bonhomme de chemin, sans s'intéresser aux poursuivants car comme tout promu qui se respecte, l'objectif principal est d'assurer le maintien le plus rapidement possible. 

Le nul rapporté de Guimarães, l'adversaire du Standard en Europa League, et surtout la victoire à Lisbonne face au Sporting, ont transformé une désinvolture de débuts prometteurs en insolente menace pour les traditionnels aspirants au titre. Comment expliquer ce conte de fée vécu par cette petite équipe encore invaincue en Liga NOS ? 

On pourrait parler du 4-3-3 de l'entraîneur João Pedro Sousa, de l'expérience engrangée comme adjoint à Everton ou de la pertinence d'un système de jeu équilibré sur la largeur qui structure les décalages offensifs. Mettons surtout en évidence que d'une saison à l'autre, l'équipe a bénéficié d'une révolution dans son effectif. Par rapport à l'an passé, 26 joueurs sont partis et 25 autres sont arrivés ! 

La connexion Jorge Mendes 

Ce prolifique ménage estival a vu l'arrivée de joueurs qui, en temps normal, n'auraient jamais tenté l'expérience dans ce club du nord du Portugal et son stade de 5300 places. Si la moitié des recrues vient des divisions inférieures portugaises et brésiliennes, on note surtout des joueurs prêtés par l'Atlético Madrid, Valence, Wolverhampton, Braga et Benfica, clubs avec lesquels Jorge Mendes entretient des relations particulières. 

L'histoire est assez simple. Miguel Ribeiro, directeur général de Rio Ave collabore avec le super agent portugais depuis des années. Lorsqu'il devient CEO de Famalicão, ville de sa terre natale, le club vit des difficultés financières. Il élabore alors avec Jorge Mendes, un projet sportif ambitieux. Pour le financement, l'agent de Cristiano Ronaldo se tourne vers le milliardaire Idan Ofer et sa société Quantum Pacific Group qui investit également à l'Atlético Madrid. On comprend donc mieux la connexion entre les deux clubs. Ensuite, Jorge Mendes fait ce qu'il fait de mieux : déplacer et promouvoir ses actifs d'un club à l'autre, établissant Famalicão comme une sorte de club vitrine pour les plus jeunes de ses joueurs. 

Le plan fonctionne à merveille comme le classement le démontre. Nehuén Perez, Gustavo Assunção et Fábio Martins sont des joueurs qui pourraient aligner au Sporting, à Benfica ou au F.C. Porto. C'est d'ailleurs au stade du Dragon, que le test du feu attend Famalicão, ce dimanche à 18h30. L'équipe de Sérgio Conceição, qui a montré des signes d'essouflement en Europa League face aux Glasgow Rangers, se prépare à un match équilibré, face à une équipe audacieuse, rêvant furtivement d'un titre à la portée homérique puisque sur 81 saisons, seuls Boavista en 2001 et Belenenses en 1946, sont parvenus à détrôner les trois grands. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos