Bertrand Crasson se confie avant d'affronter le leader : "Un rendez-vous important parce que notre survie psychologique en dépend"

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
Bertrand Crasson se confie avant d'affronter le leader : "Un rendez-vous important parce que notre survie psychologique en dépend"
Photo: © photonews

Crasson veut rester réaliste avant d'affronter ce dimanche le leader Pétange qui compte 12 points d'avance sur Dudelange.

Dudelange semble dos au mur avant d'affronter le leader Pétange. "Avec tout le respect qu’on a pour une équipe de Pétange qu’on accueillera avec tous les honneurs dus à son rang, on n’a peur de personne ! Ce sont eux qui viennent chez nous. S’ils sont meilleurs que nous, ils vont devoir le montrer", confie Bertrand Crasson au Quotidien.  "Après, c’est un rendez-vous important parce que notre survie psychologique en dépend. Je le répète, j’ai très envie de continuer sur la voie qui était la nôtre en fin de premier tour. Il serait dommage d’avoir oublié ce qui faisait notre force. Ce mélange de jeunesse, d’expérience, de force mentale et d’organisation", avant d'évoquer les chances quant au titre.

"Il faut toujours garder ce côté allemand qui fait qu’on croit une chose possible jusqu’au dernier instant. Tout en sachant se montrer réaliste. Donc, les chances d’y arriver sont minces mais on continue à y croire. Beaucoup de facteurs entrent en jeu dans une telle équation. Une victoire dimanche face à Pétange, par exemple, devrait booster l’équipe."

Quant au fait de savoir si le sort de Crasson dépend du résultat, l'ancien Anderlechtois répond. "Je ne suis pas du genre à baisser les bras mais l’écart en termes de points deviendrait alors assez conséquent (NDLR : le F91 se retrouverait alors à 15 points de Pétange et, potentiellement, à 10 du podium). Et il faudrait peut-être alors tout miser sur la Coupe… Quoiqu’avec une série de trois matches en une semaine juste derrière, on ne sait jamais ce qu’il peut advenir… Mais ne vous méprenez pas : je suis avant tout confiant! Je pense qu’on est prêts, qu’on a l’envie et la qualité. Après, mentalement, il faut parvenir à devenir insubmersibles. Parvenir à continuer sans jamais baisser les bras. Enfin, je dis ça. Mais on n’est pas à l’agonie. On se trouve juste dans une situation où tout le monde attend toujours l’exploit de notre part."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos