Analyse Pourquoi le Barca a-t-il opté pour Quique Setién ?
Antoine Arnould
| 0 réaction
Pourquoi le Barca a-t-il opté pour Quique Setién ?
Photo: © photonews

Lundi soir, les dirigeants catalans se sont séparés d'Ernesto Valverde. A la surprise générale, il n'engageait ni Xavi, ni Iniesta, ni Pochettino. Le Barca a préféré un nom moins connu mais l'assurance d'un style de jeu offensif qui lui correspond.

Entraîner le Barca : une pression permanente

A 61 ans, Enrique « Quique » Setien va donc relever le défi le plus important de sa carrière, de sa vie certainement ! Ernesto Valverde est la preuve vivante que la moindre méforme (toute relative), le moindre faux pas ou inconvénient, voire une petite mèche allumée par la presse, et l’aventure est terminée. Tel est le lot des grands clubs, le plus riche et un des plus populaires du monde.

Valverde : un bilan défendable

En effet, on ne peut pas dire que le bilan général du Basque est médiocre. En 135 matchs à la tête du Barca, Valverde n’en a perdu que 15. Le reste du temps : 91 victoires et 29 matchs nuls. A ce bilan s’ajoutent 2 Liga, une Coupe du Roi et une Super Coupe d’Espagne.

La Super Coupe d’Espagne justement, celle qui lui coûtera son poste. L’élimination en demi-finale contre l’Atlético Madrid lui fut fatale. Les deux « remontadas » subies en Ligue des Champions contre l’AS Rome, puis Liverpool, n’ont pas non plus joué en sa faveur.

Quique Setién, méconnu du grand public

Ancien joueur de l’Atlético Madrid dans les années 80, l’Espagnol a commencé sa carrière d’entraîneur en 2001. Il prend alors la tête du Racing Santander, où il a également joué, en division 2 espagnole. Il coach l’équipe 36 matchs durant.

Après quelques aventures peu probantes, Setién s’installe plus longtemps à la tête du CD Lugo, toujours en division 2. Il y restera 6 années pour un total de 137 matchs et un bilan médiocre de 1,28 point pris par rencontre.

Il rejoint Las Palmas en 2015. Deux ans plus tard, le voilà à la tête du Betis Séville en Liga. Il affronte sept fois le Barca : une victoire pour 6 défaites.

Nouveau coach, nouveau style

Ce n’est pas ce bilan qui a tapé dans l’œil des dirigeants du catalan. Il faut donc trouver la raison ailleurs. Le natif de Santander est un passionné du « beau jeu » offensif, d’un football caractéristique des Espagnols qui devrait bien se marier avec le « tiki-taka » du Barca.

C’est cet esprit Pep Guardiola, lui-même inspiré par Johan Cruyff, qui manquait sous Valverde que les dirigeants catalans ont voulu reconduire. Adepte du pressing haut, du jeu de possession et de passes incessantes, Setién aura de quoi faire avec l’effectif catalan.

L’inexpérience des grandes compétitions

Là où le bât blessera peut-être, c’est au niveau de l’(in)expérience dans les grandes compétitions, européennes surtout. Habitué à évoluer en division 2, et avec le Betis en Liga, l’Espagnol aura à Barcelone une pression toute différente.

L’incertitude des analystes espagnols concerne particulièrement le parcours en Ligue des Champions. Les Blaugrana sont tombés sur un Naples qui a déjà connu meilleure forme pour les huitièmes de finale. Mais l’objectif ne s’arrête pas là. Comme chaque année, il devra gagner la Liga et aller loin en Ligue des Champions pour espérer perdurer.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos