Interview Le réveil de Mouscron vu par Nick Gillekens

Le réveil de Mouscron vu par Nick Gillekens

Après un départ catastrophique, l'Excel Mouscron a retrouvé ses sensations en D1B. Sur une série de trois victoires consécutives, les Hurlus se sont complètement relancés et ont même abandonné la lanterne rouge à Virton ce week-end. Le dernier rempart mouscronnois se réjouit.

Bonjour Nick. Vendredi soir, vous êtres imposés à Waasland-Beveren. Que représente cette victoire pour le groupe?

"On a connu un premier quart d'heure difficile, mais on a démontré qu'on voulait tous tirer dans le même sens et on a formé un vrai bloc. Après ce début de match difficile, on s'est créé énormément d'occasions et je pense que nous n'avons pas volé cette victoire. En tant qu'équipe, nous avons montré que nous voulions faire oublier le début de saison difficile. C'est une énorme satisfaction. 

Comment expliquer ce début de saison si difficile? Seulement 2 points sur 24 pour une équipe qui arrive de Pro League...

"Sur papier, nous avons peut-être l'équipe avec les noms les plus ronflants de D1B et ça ne s'est pas vraiment vu lors des dix premières rencontres, c'est vrai. Mais il ne faut pas oublier que nous avons dû tout recommencer à zéro, avec un noyau construit en grande partie durant l'intersaison. Et pas mal de nouveaux renforts sont arrivés assez tard. C'est normal qu'il faille du temps avant que la sauce prenne.

Ce début de saison a coûté sa place à Enzo Scifo sur le banc. 

Chaque entraîneur a sa manière de travailler. Il n'a pas été aidé par les circonstances. Il a dû attendre longtemps avant d'avoir son équipe à disposition et, ensuite, on a été touché par une vague de corona. Chaque semaine, il devait changer son onze de base. On n'a pas vraiment eu le temps de forger des automatismes.

En revanche, depuis l'arrivée de José Jeunechamps, ça tourne à merveille. Vous avez pris dix points sur douze en championnat. Quelle est la recette de ce succès?

José Jeunechamps était déjà là en début de saison, en tant qu'adjoint. On connaissait sa manière de travailler. Je pense que son plus grand mérite est d'avoir consolidé le compartiment défensif. Et, même offensivement, ça commence à tourner. On se crée des occasions et on progresse. J'espère et je pense qu'on s'est réveillé juste à temps. Nous ne sommes qu'à cinq points de la deuxième place au final...

Et vous, vous en avez profité pour devenir titulaire entre les perches. Avec trois clean sheets à la clé au cours des trois derniers matchs...

C'est évidemment très agréable et ça me donne beaucoup de confiance.

Pourtant, le contexte n'est pas facile. Avec des soucis extra-sportifs et des salaires qui n'arrivent pas. Comment vous gérez ça, en tant que footballeur? 

On ne va pas se mentir, ce n'est pas facile. Mais, heureusement, on dispose d'un groupe solide. Mentalement, tout le monde a fait abstraction de ça. Nous espérons que cela va nous rendre plus forts. La direction nous a assuré que tout serait rentré dans l'ordre cette semaine. Ce n'est pas agréable, mais je ne suis pas inquiet. L'an dernier aussi, tout était rentré dans l'ordre. A l'intérieur du club, la communication est transparente.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos