Jonathan David, des pelouses de Pro League aux étoiles de la Coupe du monde

Jonathan David, des pelouses de Pro League aux étoiles de la Coupe du monde

Ce mercredi, les Diables entament enfin leur campagne dans cette Coupe du monde. En face, le Canada, qui alignera en pointe une tête bien connue de notre championnat : Jonathan David.

A seulement 22 ans, Jonathan David a assurément changé de dimension ces dernières années. Le joueur du LOSC est devenu l'un des joueurs les plus suivis du championnat de France, et l'un des noms qui ressortent le plus souvent lors des fenêtres de transferts. Grand artisan du titre surprise des Dogues en 2020-2021 sous les ordres de Galtier, Jonathan David arrive à cette Coupe du monde avec la ferme intention d'encore accroître son ascension, en écrivant cette fois l'histoire de son pays, le Canada

Et dire que cet élan, au plus haut niveau du football européen, il ne l'aurait jamais pris sans le flair de La Gantoise et de Gunther Schepens. Dans une interview publiée ce mercredi dans L'Equipe, le responsable des scouts chez les Buffalos explique comment il a décidé de recruter David après deux essais infructueux dans des autres clubs européens. "On avait vu USA-Canada en U17 et on avait été séduit par son calme et son sang-froid. Il était mûr dans son comportement. Pas encore développé physiquement comme un adulte mais costaud avec un dos très droit. Il avait la maîtrise du ballon que certains n'ont pas à son âge. Sa course était un peu spéciale mais contrairement à ce que l'on pouvait penser, il allait vite. En essai à Salzbourg puis à Stuttgart, tout près de chez nous, on l'a invité avec un visa et l'aide de son agent (Nick Mavromaras)."

David Jonathan
© photonews

Ce choix de recruter le jeune canadien d'origine haïtienne en provenance d'Ottawa donnera pleinement raison aux Gantois. Après 6 mois passés avec les U21, il est intégré dans le groupe pro et impressionne dès ses premiers matchs : 4 buts en 4 matchs de Pro League. Et malgré quelques passages sur le banc et un creux, le Canadien se déchaîne en seconde partie de phase classique, puis écrase le Standard, Anderlecht et l'Antwerp en Play-offs 1.

Terminant sa première saison avec 14 buts, David confirme ensuite et claque 18 buts en 27 matchs de championnat. Il termine co-meilleur buteur de Pro League, à égalité avec Dieumerci Mbokani. Au total, il marque 23 buts en 40 matchs, et distribue 10 assists. Des stats impressionnantes, qui lui ont permis d'attirer l'oeil du LOSC, qui le recrute pour 27 millions d'euros l'été suivant et fait de lui  tant le transfert sortant le plus cher de l'histoire des Buffalos que le transfert entrant le plus cher des Dogues. 

jonathan david

Sur ces deux années passées à Gand, David s'est fait un nom, mais a également beaucoup progressé, sous les ordres d'Yves Vanderhaghe d'abord puis de Jess Thorup. "En plus d'un joueur d'équipe, il avait du volume et était capable de faire 12 km par match. C'est un des plus grands talents que j'ai croisés dans ma vie. Quand on entraîne des jeunes, il faut leur donner la confiance. Ils peuvent faire des erreurs mais doivent répéter leurs gammes avec la volonté de travailler dur. On a misé sur les détails, on a parlé (...) Il a appris à ne plus reprendre instantanément les ballons dans la surface mais à ajouter une touche. Quand il est parti à Lille, il était prêt mentalement et physiquement. On ne sait jamais si c'est le bon moment mais il était décidé. Je suis très curieux de voir comment il va aider son équipe au plus haut niveau en Coupe du monde", explique Thorup pour L'Equipe

Ce mercredi, notre défense devra donc tenir bon face au deuxième meilleur buteur de l'histoire du CanadaDavid est prêt à "battre" la Belgique et à "aller le plus loin possible" dans le tournoi, mais il n'a pas pour autant oublié les personnes dont il a croisé le chemin dans nos contrées. Il parle d'ailleurs encore par SMS avec ses anciens entraîneurs, les invite aux matchs du LOSC ou se déplace parfois pour assister à des rencontres de La Gantoise. "J'étais un peu mitigé", confie-t-il au journal français en évoquant le tirage au sort de la Coupe du monde. "J'ai passé deux belles années en Belgique. On est toujours content de jouer une grosse équipe. Dans le même temps, je savais que ce serait difficile."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Inscrivez-vous maintenant à la newsletter de Walfoot

Plus de news

Plus de news