Interview Guillaume François, de Charleroi au titre avec le Beerschot: "Les derbys anversois, ce n'est que partie remise"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Guillaume François, de Charleroi au titre avec le Beerschot: "Les derbys anversois, ce n'est que partie remise"
Photo: © jan mees

Guillaume François a vécu une dernière saison difficile chez les Zèbres: blessé de longue durée, il a décidé l'été passé de se relancer deux échelons plus bas, au Beerschot-Wilrijk.

Descendre de deux étages, en pleine force de l'âge et après s'être épanoui en Jupiler League, est un choix que Guillaume François (26 ans) n'a fait que contraint et forcé après la fin de son contrat, non-renouvelé, du côté du Sporting de Charleroi. Mais un choix payant: le latéral vient de fêter un titre en Division 1 Amateurs, quelques semaines après avoir eu la confirmation qu'il monterait en D1B avec le Beerschot. "C'est une drôle d'histoire, cette promotion quasi-administrative du fait qu'on était les seuls à avoir la licence", reconnaît-il. "Mais ça ne nous a pas empêchés d'avoir à coeur d'aller chercher ce titre".

Un quatrième titre d'affilée

Le Beerschot a en effet disputé un tour final de D1 Amateurs qui n'avait plus vraiment d'enjeu exception faite de cette ultime satisfaction: être champion. "On voulait prouver qu'on était bel et bien l'équipe qui devait monter, sur le terrain aussi", assure François. Et remporter ainsi un quatrième titre d'affilée. "C'est clair que c'est particulier, surtout pour ceux qui sont là depuis le début - il y en a peu, mais pour eux, c'est exceptionnel".

La montée du Beerschot en D1B aurait pu être l'occasion de revivre la saison prochaine les fameux derbys anversois... mais l'Antwerp est également promu, en D1A. "C'est sûr qu'il y a une forme de déception, tout le monde voulait connaître ces derbys. On a suivi attentivement la fin de saison de l'Antwerp", confesse le joueur des Rats. "Mais ces derbys anversois ne sont que partie remise, on espère remonter le plus vite possible en première division". Même si l'objectif n'est pas forcément de monter immédiatement. "Non, il faut rester calmes, je crois que l'ambition en arrivant dans cette D1B à 8 doit être de faire un top 4 pour jouer les PO2", tempère Guillaume François.

"On a pu jouer le titre plusieurs saisons d'affilée parce que le Beerschot était le seul club professionnel dans des divisions amateures; ici, tout le monde sera pro, ce sera différent", continue-t-il. "Le Beerschot est de retour à sa place. J'ai joué ici pendant deux ans (de 2010 à 2012) à l'époque et les infrastructures sont les mêmes". Pour autant, ce retour à Anvers ne s'est pas fait naturellement. "Si je devais jouer pour un club à cet échelon, c'était évidemment le Beerschot, mais je ne dirais pas que ça s'est fait naturellement, non; j'avais des touches en Angleterre, en Championship, mais ça ne s'est pas fait donc j'ai cherché une solution", explique l'ancien Zèbre.

"Après une saison de blessures, des avis contraires de la part des médecins, j'avais besoin de connaître autre chose". Son passage à Charleroi s'est en effet terminé sur une note plutôt sombre et une saison quasi-blanche. François avait également connu la faillite dans ses anciens clubs, Mouscron et déjà le Beerschot. "C'est vrai que si on se concentre sur le négatif, j'ai connu pas mal de galères, mais je me concentre sur le positif: je ne savais pas trop où j'atterrirais et voilà que je suis champion et que je remonte en D1B", se réjouit le défenseur. Qui n'a toujours pas fait une croix sur l'étranger: "Bien sûr, j'aurais aimé vivre cette aventure en Championship, ça reste dans un coin de ma tête".

"Mais le club avec lequel j'étais en contact, Roterham United, est bon dernier. On peut donc se dire que ça aurait été une année difficile", relativise François. Qui va donc remonter d'un échelon et retrouver les divisions professionnelles belges!

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos