Stéphanie Frappart a rendez-vous avec l'Histoire
Rémi Mastromonaco
| 0 réaction

Stéphanie Frappart va siffler la finale de la Supercoupe de l'UEFA

Stéphanie Frappart a rendez-vous avec l'Histoire
Photo: © photonews

L'arbitre française va devenir la première femme à arbitrer la rencontre d'une compétition masculine majeure.

C'est ce mercredi que Stéphanie Frappart va inscrire son nom dans l'Histoire du football. Elle va devenir la première femme à arbitrer une rencontre masculine majeure, à savoir la finale Supercoupe de l'UEFA opposant Chelsea à Liverpool.

La Française, qui officiait en Ligue 2 et qui a eu l'opportunité d'arbitrer un match en Ligue 1 en avril (Amiens-Strasbourg), s'inscrit comme une des pionnières de l'arbitrage féminin mondial. Elle suit les traces de nombreuses arbitres ayant déjà sifflées des rencontres dans des championnats masculins comme Bibiana Steinhaus, qui fut la première arbitre a donner le coup d'envoi d'un match en Bundesliga ou encore Guadalupe Porras Ayuso qui sera au sifflet lors de la reprise en Liga.

Avant, l'arbitrage féminin était représenté par des arbitres assistantes, dont la plus célèbre Nelly Viennot qui a officié en Ligue 1.

"Une des meilleures femmes arbitres à l'échelle mondiale"

C'est grâce à ses prestations lors de la Coupe du Monde féminine 2019 que Stéphanie Frappart a tapé dans l'oeil Roberto Rosetti, responsable de l'arbitrage à l'UEFA: "Cela fait plusieurs années déjà que Stéphanie Frappart prouve qu’elle est l’une des meilleures femmes arbitres non seulement sur la scène européenne mais aussi à l’échelle mondiale. Elle est capable de diriger des rencontres de très haut niveau, comme elle l’a prouvé lors de la finale de la Coupe du monde féminine cette année" a déclaré Rosetti.

Maintenant, Stéphanie Frappart souhaite profiter de son statut pour devenir une inspiration pour la génération de filles voulant se lancer dans l'arbitrage : "L’un de mes rôles, c’est aussi de susciter des vocations en donnant envie aux filles de commencer l’arbitrage. Je le prends à cœur parce que je me dis que j’ai entrouvert des portes" avait-elle déclaré lors d'une interview en début d'année pour l'AFP.

Quoi qu'il en soit, nommer une arbitre dans une compétition masculine majeure lance un signal fort aux fédérations n'ayant pas accordé de l'importance à l'arbitrage féminin, comme c'est le cas notamment en Belgique où aucune femme arbitre n'a encore officié dans le football pro masculin.

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos