L'aventure de Mbaye Leye au Standard de Liège n'aura duré que neuf mois

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
L'aventure de Mbaye Leye au Standard de Liège n'aura duré que neuf mois
Photo: © photonews

Ce lundi, le Standard de Liège a licencié son entraîneur principal mais aussi ses adjoints. Plongé dans la crise, le matricule 16 a décidé de faire le ménage afin de retrouver une certaine sérénité.

Mbaye Leye ne sera resté que neuf mois à la tête du Standard de Liège. Les récents résultats des Rouches ont eu raison du technicien sénégalais. Les trois défaites consécutives contre Anderlecht, Saint-Trond et Malines ont été fatales pour l'ancien attaquant. Les Rouches occupent la douzième place du championnat, soit sept points derrière le leader Eupen et cinq unités de plus que l'avant-dernier, le Cercle de Bruges. Au vu du classement, les écarts ne sont pas trop importants, mais les trois débâcles de suite, la colère des supporters et le fond de jeu quasi inexistant ont poussé la direction liégeoise à se séparer de son jeune coach. 

Expérience

L'entraîneur âgé de 38 ans n'a pas été capable de lancer et de faire décoller la deuxième équipe la plus jeune de D1A. Une tâche peu évidente quand on débute dans le métier. Pour encadrer une formation "biberon" et manquant de caractère, la direction liégeoise aurait peut-être dû attirer un entraîneur d’expérience. Mais étant donné la situation financière du club, les décideurs liégeois, incapables de payer le salaire d'un Vercauteren ou d'un autre technicien au CV bien rempli, avaient opté pour un jeune coach inexpérimenté qui connaissait bien le club. Pour rappel, Leye avait refusé de prendre en charge les U21 lorsque Philippe Montanier était arrivé au Standard. Une étape qui aurait peut-être été nécessaire dans son apprentissage.

En effet, l'ancien T2 de Michel Preud'Homme a appris le métier de T1 dans des conditions très compliquées. Le départ de titulaires comme Vanheusden et Balikwisha, des finances dans le rouge, la mise à l’écart de joueurs importants comme Carcela, Lestienne et Dussenne et les blessures de Bokadi et Laifis. 

Système de jeu

Leye avait misé sur un 3-5-2 depuis le début de saison, mais a changé plusieurs fois de système par la suite. Depuis plusieurs semaines, il cherchait la bonne formule entre une défense à trois et une défense à quatre. Après avoir opté pour un 4-2-2-2 contre STVV et un 3-4-2-1 à Malines, il semblait perdu, désemparé et changeait de tactique à chaque rencontre, parfois même plusieurs fois dans le même match. Mais footballistiquement, ce que son Standard a proposé était insuffisant et les joueurs ne semblaient plus comprendre ses directives.

Point de non-retour à Malines

À Malines, le Standard a pris l'eau et s'est enlisé un peu plus dans la crise. La colère des supporters et les déclarations ambigues de Leye à l'issue de la rencontre ("Il faut quelqu’un qui inspire la peur") ont poussé Bruno Venanzi à prendre une décision forte.  Notons que son successeur sera déjà le 10e coach de l’ère Venanzi, en à peine 7 ans au Standard.

Bilan

En 36 matchs disputés à la tête du club, le Sénégalais affiche un bilan de 16 victoires pour 15 défaites et 5 matches nuls, pour une moyenne 1,47 point par match. Depuis Ron Jans en 2012 (1,33 point par match), seuls Aleksandar Jankovic avec une moyenne de 1,2 point par match et Philippe Montanier (1,36 point par match) affichent un bilan inférieur. Cette saison, il ne compte que 4 victoires pour 5 défaites et 1 nul en 10 matchs. 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos