Analyse Manchester City privé de Ligue des Champions, et pourquoi pas le PSG ?
Redaction
| 0 réaction
Manchester City privé de Ligue des Champions, et pourquoi pas le PSG ?
Photo: © SC

Ce n'est plus un secret pour personne, à moins d'un surprenant revirement de situation, les Cityzens seront exclus de toutes compétitions européennes durant les deux prochaines saisons. Le fait qu'ils se disent " déçus, mais pas surpris » en dit long sur leur possibilité de gagner l'appel.

Inédit… pour un géant

Même si ce n’est certes pas courant, ce n’est pas la première fois qu’un club est suspendu de compétitions par l’UEFA pour pareille manœuvre. Malaga, l’Etoile Rouge, puis le Partizan Belgrade en ont déjà fait les frais. En revanche, c’est le premier gros cador de la Ligue des Champions à qui cela arrive.

Pourtant, ce n’est pas étonnant, tant la fraude était exagérée. Qui plus est, cela a failli arriver à un autre géant de la compétition en 2018. Mais le PSG s’en était finalement bien sorti, nous y reviendrons.

Le fameux fair-play financier

Si Manchester City ira en appel de la décision au Tribunal de l’Arbitrage du Sport (TAS), on a plutôt l’impression que c’est surtout pour la forme. En effet, dans un communiqué faisant suite à la sanction, le club mancunien avoue « être déçu, mais pas forcément surpris ».

Pour cause, la Commission de contrôle financier des clubs déclare être au courant de « graves violations » des règles du fair-play financier, comme le révèle Le Soir. Le club, propriété d’une grosse fortune d’Abu Dhabi, a augmenté fictivement ses contrats de sponsoring et a utilisé des montages subtils (quoique, apparemment pas tant que cela) pour alléger sa masse salariale. Le tout pour éviter lz règlement du Fair-Play Financier, qui interdit aux clubs engagés dans les compétitions européennes de dépenser plus que ce qu’ils ne gagnent.

En gros, le propriétaire des Citizens a réinjecté plus de capital que ce qui n’était permis en tentant par la suite des montages douteux qui ne sont pas passés inaperçus auprès de l’ICFC.

Le PSG : mêmes fraudes ?

La direction parisienne s’était risquée au même jeu. Ce qui leur avait permis d’engager des stars telles que Neymar (222 millions) et Kylian Mbappé (145 millions). Forcément, ces transferts ont fait en sorte que le PSG dépense beaucoup plus que ce qu’il ne perçoive.

En d’autres termes, ils ont également violé la règle du Fair-Play Financier (qui accepte une balance négative de 20 millions d'euros sur trois ans). En 2018, le PSG a frôlé pareille sanction que les Citizens. Mais les enquêteurs, dont un certain Yves Leterme était mêlé dans l’affaire, n’ont finalement pas osé se risquer à une telle sanction.

Pourtant, la direction parisienne a également surestimé ses contrats de sponsoring pour falsifier ses comptes.

… Mais pas de sanction

Dès lors, la question que tout le monde pourrait se poser ; pourquoi Manchester City, et pas le PSG ? Les dirigeants parisiens ont réinjecté du capital via des entreprises privées. Dans le cas des Citizens, les contrats de sponsors falsifiés proviennent de « société-écrans » qui ont pour propriétaires les mêmes que le club mancunien.

En résumé, dans ce cas-ci, les propriétaires ont donc versé directement de l’argent dans leur club. A cela tient le « football-business » aujourd'hui, et la perte d’un potentiel champion d’Europe pour les deux prochaines saisons.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos