Analyse La valeur des joueurs en chute libre : près de 10 milliards en Europe
Redaction
| 0 réaction
La valeur des joueurs en chute libre : près de 10 milliards en Europe

La crise sanitaire mondiale aura de nombreuses conséquences financières pour les clubs. Ceux-ci n'ont plus de recettes, mais certaines dépenses sont toujours d'actualité. Un autre facteur important pourrait valoir cher à certains clubs : la baisse drastique de la valeur de leurs joueurs.

Différentes méthodes pour réduire les dépenses 

On entend surtout les clubs chercher une solution quant à une réduction des dépenses ces dernières semaines. Certains, comme Virton, mettent l’ensemble de leurs employés au chômage technique. Une méthode critiquée par d’autres clubs, mais aussi par le syndicat des joueurs. Ainsi, à Malines par exemple, on se sent un peu inconfortable à l'idée de profiter de la sécurité sociale à laquelle le monde du football professionnel ne contribue proportionnellement que très peu.

D’autres encore choisissent la réduction, souvent conséquentes, du salaire des joueurs. C’est le cas, par exemple du Standard de Liège. Autant d’approches pour autant de situations différentes ; Anderlecht est parvenu à convaincre les Mauves de renoncer à leur salaire du mois d’avril. Au Real Madrid, on continue de payer le salaire complet. Avec toujours la même question : combien de temps ce sera possible ?

Une perte gigantesque dans les futurs transferts 

Il est un autre facteur sur lequel les patrons du football ne pourront avoir aucune influence directe : la baisse drastique de la valeur de leurs joueurs. D'un côté, des footballeurs qui ne s’entraînent plus, qui perdent de leur forme et qui sont dans le flou par rapport à leur avenir. Mais, plus important encore, de l’autre côté, des clubs qui n’auront plus autant de liquidités pour transférer. Il est peu probable, par exemple, que le Barca, un des clubs européens les plus touchés par la crise, s’offre un attaquant à 100 millions d’euros dans les mois prochains.

L’Observatoire du football du Centre International d’Étude du Sport (CIES) a déjà chiffré ces pertes. La valeur marchande de l’ensemble des joueurs des cinq grands championnats européens chuterait ainsi de 32,7 à 23,4 milliards d’euros, soit une baisse de 28%.

Bien entendu, tous les clubs ne sont pas logés à la même enseigne. Parmi les grands championnats européens, l’Olympique Marseille serait le plus gros perdant, financièrement, dans cette crise. La valeur des joueurs phocéens chuterait, en moyenne, de 38% (perte de 97 millions) ! Le Barca serait le club qui y perdrait potentiellement la plus grosse somme. Une valeur moyenne baissée de 31% verrait les Blaugranas perdre 366 millions d’euros ! L’effectif du PSG perdrait, pris dans son ensemble, 302 millions €, celui du Real Madrid 350 millions €.

De même, la baisse des joueurs pris individuellement reste très variable. Ainsi, toujours selon le CIES, Paul Pogba verrait sa valeur marchande chuter de 65 millions à 35 millions d’euros. Les facteurs sont : "l’âge des joueurs, la durée du contrat, le cheminement de carrière et les performances récentes".

Adieu le Fair-play financier, vers un football totalement dérégulé ? 

Au-delà de ces bombes financières pour les clubs européens, la crise sanitaire mondiale pourrait engendrer d’autres effets indésirables. On pense notamment à un renforcement des inégalités entre les clubs. Certains richissimes clubs anglais pourraient venir faire leur marché – au rabais – en Europe continentale. Ce n’est pas pour rien que Chelsea, par exemple, a déjà contacté des joueurs de Valence, dont 25 employés sont positifs au coronavirus.

Dans la même logique, et pour finir, l’UEFA a déjà évoqué la possibilité de mettre un terme au Fair-play financier (FPF) pour relancer l’économie en encourageant les clubs à réinvestir à souhait. De nouveau, ce ne sera pas donné à tous les clubs. Les effets sauvages du football business vont-ils en sortir renforcés ? Ou les dirigeants du football européen sauront-ils tirer les conséquences du passé et de la crise sanitaire mondiale pour aller vers un sport plus sain, juste et démocratique ?

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos