Bongonda, réveil soudain ou sursaut d'orgeuil ?

Antoine Bourlon
| 0 réaction
Bongonda, réveil soudain ou sursaut d'orgeuil ?

Dans une saison grisâtre, l'éclaircie pour le néo-international congolais, auteur d'un doublé en fin de match face à Malines.

Alors que le match était indécis entre Genk et Malines, Theo Bongonda est sorti d'un banc sur lequel il est habitué de prendre place ces derniers mois pour arracher les trois points d'une victoire capitale (4-2). Un doublé, avec un premier but sur une jolie frappe croisée, puis un second sur un coup-franc très audacieux - et tout aussi chanceux. Des célébrations, d'abord avec le doigt sur la bouche, puis en glissant et lançant des mots, on l'imagine, peut-être pas très doux vers le banc et son coach Bernd Storck. Tout ça en 7 minutes. Pas mal. 

Au final, cela résume bien le joueur qu'est Bongonda : un talent pur, capable d'éclairs de génie et de décider à lui tout seul de l'issue d'un match, mais aussi qui a peut-être trop tendance à être "artiste", se reposer sur ses capacités individuelles évidentes et ne pas assez se mettre au service de l'équipe. 

Bernd Storck l'avait dit lorsqu'il avait débarqué au Limbourg : même Bongonda et Ito vont apprendre à presser. Au final, et s'il faut bien reconnaître que les préceptes de jeu de l'Allemand ne portent pas encore véritablement leurs fruits, cela influe aussi sur le rendement de ses artistes. Dans le tas, Ito ne réalise pas sa meilleure saison mais fait souvent partie des Limbourgeois les plus en vue, pareil pour Onuachu, qui d'ailleurs a encore réalisé une prestation très terne mais qui reste un tueur devant le but et qui se ménage assez rarement, reste alors Bongonda qui est clairement le plus grand perdant de l'arrivée de Storck. 

Mais si son sysyème de jeu ne laisse pas toute la place au beau jeu, il reste néanmoins dépositaire de certaines éclaircies et beaux mouvements de transition, de reconversion. Et dans tout ça, Bongonda n'arrive pas à tirer son épingle du jeu cette saison. 

Alors considéré comme un énorme espoir il y a quelques années, notamment lors de son passage à Zulte puis au Celta Vigo, Bongonda a beau avoir fait des appels du pied aux Diables Rouges et à Roberto Martinez, il a finalement choisi la nationalité congolaise. Ce qui est, il faut le reconnaître, assez dommage pour notre football et pour le joueur. Néanmoins, lorsque l'on voit ses difficultés d'adaptation cette saison, la question peut se poser sur son niveau réel et actuel. Ses 12 buts et 3 assists en Pro League auraient d'ailleurs tendance à éclipser le constat qu'il n'est pas au mieux de sa forme. 

Mais le garçon a de quoi se réveiller et repartir du bon pied, s'il n'a "pas sa place sur le banc" comme il l'a déclaré dans les colonnes d'Het Belang Van Limburg, c'est à lui de le prouver, et pas seulement par à-coups. 

Bongonda KVM - Genk
© photonews
Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus de news

Plus de news