Analyse Ronaldo, Rooney, Ronaldinho : Stars mais pas le même éclat
Fantasio Fantasio
| 0 réaction
Ronaldo, Rooney, Ronaldinho : Stars mais pas le même éclat
Photo: © SC

Les 8e de finale de la Champion's League nous ont réservé de belles surprises. Des vedettes se sont révélées, d'autres se sont éffondrées...

Ce premier mardi 2010 de Champion's League nous réservait deux belles affiches : Milan AC - Manchester United et Lyon - Real Madrid.

La première rencontre proposait une réelle opposition de styles entre des Anglais en pleine forme et attrayants face à des Italiens vieillissant et décriés. Pourtant, au terme de la première période, ce sont bien les Lombards qui avaient laissés forte impression grâce à un Ronaldinho (en photo ci-contre) retrouvé. Auteur d'un but et de multiples actions de classe, le Brésilien a fait tourner en bourrique à lui seul la défense adverse.

Après la pause, changement de physionomie. Une autre star se met en marche : Wayne Rooney (en photo du bas). Le Britannique a réalisé 45 minutes de rêve, inscrivant deux buts au passage et offrant la victoire à ses couleurs. Une prestation cinq étoiles qui tranche un peu avec la deuxième mi-temps plus éffacée de Ronaldinho. Trop nerveux, l'ancien Barcelonais a perdu de l'influx, mais cela ne l'a pas empêché de donner un assist à Seedorf.

En définitive, les deux vedettes ont répondu à l'attente car elles furent toutes deux décisives. L'un  offrant la victoire aux Red Devils tandis que l'autre se démenait pour permettre aux Milanais de garder une maigre chance de qualification.

Passons maintenant à l'affrontement opposant des Lyonnais critiqués et à la ramasse en championnat, à des Madrilènes en confiance et revenus sur les talons du Barça en Liga.

Gerland, contrairement à San Siro, n'a pas vécu un grande rencontre et n'a pas connu de rebondissement. En effet, durant nonante minutes, le grand Real fut en manque d'inspiration. Bien bloqués par des Français appliqués et solidaires, les "Galactiques" ont été incapables de bousculer leurs hôtes.

A l'image d'un Ronaldo (en photo du haut) inexistant en première période et catastrophique après le repos, Madrid touchait le fond vers la 50e, quand Makoun faisait 1-0 d'une belle frappe. Jamais les Merengue ne furent en mesure de réagir. Le Portugais est à créditer d'une prestation médiocre et ne fut pas en mesure de tirer ses coéquipiers vers le haut.

En définitive, trois étoiles, trois éclats différents, mais un point commun : le football !


Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos