Tevez : "Sans le foot, je serais mort, en taule ou drogué".
Dirk Diederich
| 0 réaction
Tevez : "Sans le foot, je serais mort, en taule ou drogué".
Photo: © SC

Carlos Tevez est probablement le joueur argentin le plus populaire en Argentine. Enfant de la balle et des bidonvilles, il ne renie pas ses origines. IL l'a répété dans un petit journal local d'un bidonville comme celui où il est né.

 Carlos Tevez a accordé une interview à La Garganta Poderosa, une feuille éditée dans un quartier pauvre de Buenos Aires semblable au quartier Fuerte Apache où il a grandi. 

L'Apache a parlé de son passé et de ses origines sociales : "S'il n'y avait pas eu le football, dit le millionnaire de Manchester City, j'aurais terminé comme la plupart des gamins de mon quartier. Je serais mort ou en taule ou dans le caniveau complètement drogué".

Pourtant, il refuse de noircir le tableau de ces bidonvilles qui lui tiennent à coeur. "Nulle part ailleurs, on ne trouve autant d'humanité" explique Tevez. Je pense que personne ne nait pour devenir voleur. C'est les inégalités qui poussent les gosses à voler. Il est difficile de vivre dans la pauvreté. Il est bien plus facile d'être tenté par l'argent facile".

Mais pour le buteur de l'Albiceleste, les médias sont malgré tout à côté de la plaque quand ils parlent des bidonvilles. "Les médias informent sans savoir ce qui se passe vraiment dans nos quartiers. Ils ne pourraient pas vivre deux ans s'ils devaient vivre comme les habitants des bidonvilles. Même s'ils sortent des meilleures écoles, nous nous sommes beaucoup plus forts intérieurement et humainement".
Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos