Adrien Faidherbe (ex-Charleroi) dispute le tour final avec Rebecq: "Je reprends goût au football"

Florent Malice
Florent Malice
| 0 réaction
Adrien Faidherbe (ex-Charleroi) dispute le tour final avec Rebecq: "Je reprends goût au football"
Photo: © Photonews

Après plusieurs saisons passées sur le banc à Charleroi et à Malines, Adrien Faidherbe a décidé voilà déjà presque deux ans de se relancer bien plus bas, à Rebecq. Au terme de sa deuxième saison, il dispute le tour final et reprend du plaisir sur les terrains!

La carrière d'un gardien de but est peut-être longue, mais s'asseoir sur le banc reste frustrant et certains peuvent préférer reculer pour mieux sauter - se relancer non pas un, ni même deux, mais bien plusieurs échelons plus bas pour ensuite les regravir en tant que titulaire. C'est le choix qu'a fait Adrien Faidherbe (22 ans), gardien réserviste du Sporting de Charleroi, puis du KV Malines et qui a signé en 2015 pour Rebecq, aujourd'hui en D3 Amateurs.

"Le problème pour la plupart des clubs professionnels a toujours été le manque d'expérience", explique-t-il. "Pour un gardien de but, à 20 ans, vous êtes un bébé. Le fait d'avoir sur son CV un passage dans deux clubs de D1 avec un poste de deuxième ou troisième gardien, des matchs amicaux avec les deux clubs en tant que titulaire, quelques matchs en D2, tout ça, même si je pense que c'est intéressant, ce n'est jamais assez dans les divisions supérieures", détaille Faidherbe. "Peu de coachs prendraient ce risque avec la pression des résultats. Alors quand le coach de l'US Rebecquoise m'a proposé un poste de titulaire, j'ai signé".

Ca faisait longtemps que je n'avais plus pris autant de plaisir dans un vestiaire - Adrien Faidherbe

Et il n'en éprouve pas le moindre regret. "Bien sûr que passer de la D1 à Rebecq, ça fait bizarre, on sort du monde pro. Mais quand vous passez cinq années sur le banc ou comme troisième gardien, en vivant malgré tout comme un pro, à un moment, ça devient très pesant. J'avais besoin de retrouver goût au football et c'est le cas", se réjouit Faidherbe. "Ca faisait longtemps que je n'avais plus pris autant de plaisir dans un vestiaire, aux entraînements, sur le terrain... J'ai enfin la sensation de vraiment faire partie du groupe, de participer à ce que l'équipe fait. Je sens que je fais partie d'un beau projet, familial, c'est très gratifiant".

Direction la D2 Amateurs?

Et sportivement, ça marche plutôt bien pour la RUS Rebecquoise puisque le club, qui a bien failli chiper le titre de champion promis par tous les observateurs au RWDM, vient d'éliminer Mons-Quévy dans le premier match du tour final et s'apprête à affronter Mormont ce samedi. "L'objectif du président est toujours de faire mieux que la saison précédente et donc mieux que la cinquième place de l'année passée", explique Faidherbe. "Le groupe étant plutôt jeune, il a fallu le temps que le tout se construise, mais notre parcours, avec notamment un beau match en Coupe de Belgique contre OHL où pour le même prix, on peut les sortir, a boosté tout le monde", souligne-t-il.

"Puis, il y a eu cette superbe série incroyable de 10 victoires consécutives, on s'est rendu compte qu'on pouvait tenir tête au grand RWDM que tout le monde donnait champion. Malheureusement, pour des raisons X ou Y, notamment un peu de fatigue mentale, on a craqué sur la fin", concède le portier rebecquois. Mais Rebecq reste en bonne position pour accéder à l'échelon supérieur. "Ce tour final, on le prépare un peu comme un match de Coupe de Belgique. Il n'y a pas le droit à l'erreur, ce genre de match, il ne faut pas le jouer, il faut le gagner".

Le gagner, puis éventuellement se qualifier pour la D2 Amateurs et commencer à remonter les échelons du football belge? "C'était le but à mon arrivée, Rebecq devait me permettre de rebondir et de remonter progressivement", confirme Adrien Faidherbe. "Mais si j'ai l'occasion de gravir un échelon avec le club, c'est formidable. Je resterais avec le même groupe, le même cadre, ce serait top". Avant, peut-être, de retrouver le monde professionnel... "Jouer ici me permet de coupler ça à mes études", précise l'ancien carolo. "Mais j'ai toujours dans un coin de ma tête le rêve de jouer au plus haut niveau en tant que titulaire. Si j'ai l'occasion de monter d'une ou deux séries, je ne vais pas me priver, mais pour l'instant, je me plais à Rebecq, il me reste deux années d'études. On verra", conclut-il.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos