Interview Et si Jonathan Okita devenait l'invité surprise chez les Diablotins pour l'Euro? "Je serais partant"
Jordan Horwood
Jordan Horwood
| 0 réaction

Jonathan Okita évoque sa saison au NEC et ses chances de disputer l'Euro U21

Et si Jonathan Okita devenait l'invité surprise chez les Diablotins pour l'Euro? "Je serais partant"
Photo: © photonews

L'ancien ailier du Standard performe bien pour la deuxième saison de suite aux Pays-Bas, avec des statistiques flatteuses. En forme actuellement avec le NEC, il est sur le point d'obtenir la nationalité belge. Voilà une éventuelle option pour le prochain Euro U21.

Né à Cologne, c'est en France que Jonathan Okita a grandi avant de s'installer avec sa famille à Braine l'Alleud, à l'âge de 15 ans. Il s'affiliait au RCS Brainois, avant de se faire repérer par Tubize. A 17 ans, il était lancé en équipe première, alors en D2, le Standard l'a ensuite convié à poursuivre sa formation à l'Académie Robert-Louis Dreyfus. 

En avril 2016, il participait à deux rencontres de Play-Offs 2 sous la direction de Yannick Ferrera. Ont ensuite suivi deux prêts sur une saison, à Roulers puis à l'Union. A la recherche d'un temps de jeu plus régulier, l'ailier posait ses valises à Maastricht durant l'été 2017. En D2 néerlandaise, Jonathan Okita signait de bons débuts et poursuivait sur la durée.

Sa saison s'est terminée sur un total de 19 buts et 8 assists. "Je me sentais vraiment bien à Maastricht. J'évoluais avec Samy Mmaee et d'anciens de Genk que je connaissais" nous raconte-t-il. "Puis le coach me faisait confiance et me donnait de la liberté, dans un championnat qui me convient bien. Le jeu est plus posé qu'en Belgique et le MVV est un club où l'on peut évoluer sans trop de pression, tout est tranquille ici. Rester au Standard? C'est compliqué pour les jeunes d'obtenir du temps de jeu, et j'avais le besoin d'évoluer face à des adultes."

Ses prestations ont logiquement attiré de nombreux regards chez nos voisins. Malgré l'intérêt de clubs d'Eredivisie, il s'engageait à Nimègue, qui venait de manquer son retour parmi l'élite. "Le projet était d'être promu cette saison, mais si ça s'est bien passé les dix premiers matches, ça a été un peu la catastrophe par la suite", commente-t-il.

On compte sur moi à Nimègue

Avec un 2 sur 18 enregistré en décembre et en janvier, le NEC a chuté au classement, mais vient de remonter à la 13e place. Rien n'est joué, car la 9e place, qui n'est qu'à quatre points, permet de se qualifier pour les Play-Offs. "On a peut-être encore une chance d'être promu via ce système, et s'y on se qualifie, la dynamique sera différente. On fera tout pour, car ici, l'exigence est toute autre. C'est un club habitué à la D1, qui n'a jamais vécu deux saisons de suite en D2. Le stade, le public, ce n'est pas la même chose."

Si le club de Nimègue connait une saison difficile, ça se passe pourtant bien pour Jonathan Okita sur un plan personnel. Avec 8 buts et 9 assists, il confirme et vient de boucler le dernier mois avec trois buts et trois assists. "Je suis content de mes stats, j'essaye d'apporter ce que je peux. Je m'entends bien avec tout le monde ici aussi, et on compte sur moi. Je progresse."

Et si cette seconde bonne saison conduisait Okita à l'Euro U21 avec la Belgique? Cela pourrait être une possibilité, puisque l'Allemand devrait être bientôt naturalisé. "Comme nous sommes ici depuis longtemps, mes parents ont fait les démarches, et pareil de mon côté. Ce n'est donc pas pour des raisons sportives", nous explique-t-il.

Je me sens Belge

S'il intégrait le noyau de Johan Walem, ce serait le temps d'un tournoi, car à 22 ans, Jonathan Okita est proche de l'âge limite. Il serait l'un des plus âgés du noyau. "Ai-je une chance? On m'en a parlé, mais je n'ai pas la moindre idée. Je sais qu'ils ont déjà leur groupe. Je vais continuer ma saison de mon côté, mais je suis d'office partant si on fait appel à moi ! J'ai été à l'école en Belgique, j'ai été formé ici, donc oui, je me sens Belge."

Il ne devrait même pas avoir de problème pour s'intégrer dans ce groupe. "Je connais bien Landry Dimata, Stéphane Omeonga, Samuel Bastien, Senna Miangue, Samy Mmaee. Et je joue actuellement avec Mathias Bossaerts. Ils le scoutent, donc qui sait... Ce n'est pas prévu que j'y aille, mais il peut toujours y avoir une surprise."

Plus d'infos

Plus d'infos