Glen Johnson avertit Zulte Waregem au sujet de Berahino

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
Glen Johnson avertit Zulte Waregem au sujet de Berahino
Photo: © photonews

Berahino et Stoke City ont mis fin à leur collaboration, l'international burundais est désormais libre de s'engager où il le désire. C'est normalement à Zulte que l'ancien grand espoir du football anglais devrait poser ses valises.

Glen Johnson a été le coéquipier de Berahino à Stoke City. L'ancien joueur de Liverpool n'a pas épargné la probable future recrue de Zulte accusée de conduite en état d'ivresse en février dernier et suspendue pendant huit semaines pour un résultat positif à un test de dépistage de drogue.

Alors que Berahino avait encore un contrat de trois ans avec Stoke City, le club lui a versé 3 millions d'euros pour se débarrasser de lui. Les dernières années de sa carrière ont été parsemées de problèmes disciplinaires. Johnson a déclaré sur talkSPORT que ce joueur de 26 ans était l’un des pires professionnels qu'il ait vus durant sa carrière et qu’il semblait avoir une "vendetta" contre Stoke.

"Ce n'est pas un joueur que l'on peut apprécier. J’ai travaillé avec des tas de joueurs qui n’ont peut-être pas été à la hauteur, mais qui étaient sympas, travaillaient fort et donnaient tout. Lui, il n’a pas même pas essayé, alors c’est difficile à accepter", lâche l'ancien back droit.

Un problème d'attitude ? "Totalement. Il ne respectait rien et nous en avons payé les conséquences. Si vous étiez sur le banc ou absent de la sélection, vous deviez courir après le match. Bien sûr, aucun joueur n'était content. Ne pas jouer et courir à 22h30, c'est fâcheux mais c’était la règle et tout le monde la respectait. Sauf Saido. Alors comme il ne courait pas, tous les joueurs étaient convoqués le lendemain, pourtant jour de congé. Et lui n'était pas là car il était soi-disant malade. Il manquait totalement de respect et cela faisait partie de sa vie quotidienne. Le fait qu’ils aient rompu son contrat trois ans avant la fin veut tout dire."

Une "vendetta" contre Stoke

"Il avait une mauvaise mentalité et une mauvaise attitude dès le premier jour. Quand il était à Stoke, il allait à contre-courant. Si on nous disait d’être quelque part à 10 heures, il arrivait en retard. C’était comme s’il voulait se venger de Stoke depuis le début, une vendetta. De temps en temps, on voyait son talent à l’entraînement et on se disait 'oui, on peut y arriver', mais il ne semblait jamais vouloir se surpasser."

Johson avertit ensuite les clubs intéressés qu’ils ne devraient pas s’approcher de Berahino. "Si j’étais un dirigeant ou un propriétaire de club, je ne le prendrai pas et même si vous me donnez tout l'or du monde."

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos