Un grand avenir est prédit au jeune Aster Vranckx (16 ans) de Malines : "Une bête !"

Johan Walckiers
Johan Walckiers
| 0 réaction
Un grand avenir est prédit au jeune Aster Vranckx (16 ans) de Malines : "Une bête !"
Photo: © photonews

Il faut le faire : être le plus jeune joueur sur le terrain d'Anderlecht. Et ce, alors que les joueurs mauves sont eux-mêmes très jeunes ! Mais Aster Vranckx les a tous battu. Le débutant de 16 ans en a été récompensé quelques jours plus tard par un nouveau contrat.

Un grand avenir est prédit à Aster Vranckx.  Il n'a pas la constitution physique d'un gamin de 16 ans, mais plutôt celle d'un professionnel aguerri.  "Il ressemble à une bête, mais c'est un des garçons les plus doux et polis que je connaisse" nous a expliqué son accompagnateur et manager, Jwan Hamo.  "Tout va bien dans sa tête.  Il reçoit maintenant beaucoup d'attention, mais il ne commence pas à planer pour ça.  Il garde bien ses deux pieds sur terre."

Il y a un an et demi, Hamo avait déjà prédit que son poulain percerait : "Ce n'est pas vraiment une surprise pour moi.  Nous sentions la confiance du club et de ses entraîneurs.  Ils croient vraiment en lui.  Par contre, qu'il ait débuté vendredi contre Anderlecht était bien une surprise.  Mais nous savions que cela allait arriver."

Travail supplémentaire

"Il sait que le chemin est encore long.  Mais vous ne trouverez aucun garçon qui en fait plus que lui pour réussir.  Sa constitution physique est une combinaison d'une prédisposition naturelle et d'un gros travail.  Après un entraînement, vous le trouverez la plupart du temps au fitness.  Il était déjà bon et fort.  Mais il fait beaucoup d'heures supplémentaires pour s'améliorer encore."

Il a donc tout ce qu'il faut pour percer dans le football professionnel.  Après le match contre Anderlecht, il a même été élu 'Homme du match' : "C'est un avantage qu'il soit grand et fort à sa position.  En plus de cela, il peut aussi sortir le ballon calmement.  Etre au poste de numéro 6 ou de numéro 8 n'a aucune importance pour lui.  Mais comme je l'ai déjà dit : le chemin est encore long" rappelle Hamo.

Plus d'infos

Plus d'infos