Des galères aux Diables Rouges: la belle histoire carolo de Joris Kayembe

Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction
Des galères aux Diables Rouges: la belle histoire carolo de Joris Kayembe
Photo: © photonews

Charleroi est en tête du championnat, les Zèbres sont aux portes des poules de l'Europa League et, pour la première fois depuis 2009, le Sporting tient un international belge dans ses rangs. La situation de Joris Kayembe illustre à merveille la réussite actuelle du Sporting de Charleroi.

À quelques heures d’un match crucial dans la saison de Charleroi, contre le Lech Poznan en barrages de l’Europa League, Joris Kayembe a donc appris sa toute première sélection chez les Diables Rouges. Une sacrée récompense pour un joueur talentueux, longtemps freiné par les blessures, mais qui carbure au super depuis qu’il a signé à Charleroi, il y a huit mois à peine.

Le gaucher était arrivé en provenance de Nantes après une période particulièrement difficile. Victime de lourdes blessures successives, il n’avait joué que 87 minutes en deux ans avec les Canaris, avant de débarquer dans le Hainaut. Mais il a trouvé, à Charleroi, l’environnement propice pour se relancer.

La polyvalence pour se lancer, le départ de Nurio pour se fixer 

Malgré la concurrence. Parce que Joris Kayembe a su profiter de sa polyvalence pour s’installer, petit à petit, dans le noyau. "Quand il est arrivé, je savais qu'il pouvait jouer à gauche, à droite, en 6 ou dans un rôle plus offensif", confirme Karim Belhocine. 

Et c’est finalement, en quelque sorte, un départ qui a permis au néo-Diable Rouge de se fixer dans le onze carolo. "Quand Nurio a été suspendu la saison dernière, Joris avait joué à sa place et on savait qu’il avait les qualités pour le faire. Cette saison, Nurio est parti à La Gantoise, et Joris a fait toute la préparation sur le flanc gauche. Il y fait beaucoup d’excellentes choses, et il a su travailler pour corriger d'éventuels défauts"

Un travail paye aujourd’hui: Joris Kayembe est sans aucun doute l’un des meilleurs latéraux gauches de Pro League et ça lui a ouvert la porte des Diables Rouges. Parce que les arrières gauches restent une denrée rare en Belgique. "Il a un profil très spécifique, qu’il a travaillé dès le plus jeune âge", confirme Roberto Martinez.

Mais sa sélection est aussi une illustration de l’impression que laisse le Sporting de Charleroi depuis un plus d’un an maintenant. "Ça valorise le travail de Joris, mais aussi celui de toute l’équipe", estimait, mercredi en conférence de presse, Karim Belhocine.

L'influence des backs à Charleroi 

C’est aussi ce qu’avance, en substancce, Roberto Martinez, qui met également en avant l’influence des deux latéraux belges sur le jeu de l’actuel leader du championnat. "Les deux backs apportent beaucoup à Charleroi. Et d’ailleurs l’un, Maxime Busi, est sélectionné en U21 et l’autre arrive en équipe A. Quand un joueur est performant, il aura toujours l’occasion d’intégrer le groupe si l’occasion se présente et c’est exactement ce qui se passe avec Joris en ce moment." 

La semaine prochaine, le gaucher du Sporting va donc découvrir les Diables Rouges. Un bonheur qu’on lui avait prédit il y a bien longtemps, quand il cartonnait avec les Diablotins (8 caps, 3 buts et un assist avec les U21 entre 2014 et 2016). Mais avant de savourer cet instant-là, Joris Kayembe aura d’abord une double mission à accomplir avec les Zèbres. Jeudi soir, en Europa League et dimanche, contre le Standard en championnat.

Joris Kayembe avait connu les joies de l'équipe nationale avec les Diablotins, entre 2014 et 2016. 
Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos