Le onze type des espoirs déchus du football belge
Benjamin Banda
| 1 réaction
Le onze type des espoirs déchus du football belge
Photo: © SC

Considérés dès leur plus jeune âge comme de futurs grands talents, certains joueurs n'ont hélas pas répondu à toutes les attentes placées en eux. Voici donc ceux qui étaient vus à l'époque comme des étoiles montantes mais qui n'étaient en réalité que des étoiles filantes.

Logan Bailly (29 ans – gardien de but – Oud-Heverlee Louvain)

Formé au RFC Liège et au Standard, Bailly signe en 2001 au KRC Genk et devient cinq ans après le gardien titulaire du club limbourgeois. Incontournable sous les perches du Racing et chez les Espoirs belges, le Liégeois va tenter sa chance en Bundesliga du côté Borussia Mönchengladbach en 2009. Cette signature dans un grand championnat européen va lui ouvrir notamment les portes des Diables Rouges. Mais après des débuts tonitruants dans sa nouvelle formation, Bailly enchainera les bévues et sera rapidement placardisé par le club allemand. Il perdra sa place en équipe nationale pour les mêmes raisons. Bailly essayera de se relancer tant bien que mal durant la saison 2011-2012 en Suisse au Neuchâtel Xamax puis en revenant au Racing Genk. Sans contrat en juin 2012, il s’engage à Oud-Heverlee Louvain. Club où il continue à prester à l’heure actuelle malgré que ça soit en deuxième division belge.

Sepp De Roover (30 ans – arrière droit – NAC Breda)

Si ce joueur ne vous dit pas grand-chose c’est parce qu’il n’a quasiment jamais évolué en première division belge. Parti très jeune au Pays-bas, De Roover a pourtant réussi à s’imposer pour ses débuts en terres bataves. Il réalise une superbe saison 2005-2006 en Eerste Divisie au FC Eindhoven avant de partir au Sparta Rotterdam, pensionnaire d’Eredivisie. Là-bas, il sera indiscutable durant deux saisons, ce qui va lui permettre de participer aux Jeux Olympiques de Pékin avec les Diablotins mais également d’être transféré au FC Groningue. Après deux saisons pleines dans le club vert et blanc où il sera sélectionné à 2 reprises en équipe nationale A, le natif de Geel fera son retour en Belgique à Lokeren. Mais entre blessures et mauvaises prestations, son aventure de deux ans au Daknam vire au cauchemar. De Roover décide donc en 2012 de faire son come-back en Hollande au NAC Breda mais il n’y retrouve jamais son niveau d’antan et ne dispute qu’une vingtaine de matchs en trois saisons. A seulement 30 ans, il mettra fin sa à carrière à l’issue de l’exercice en cours.

Mark De Man (31 ans – défenseur/milieu central – retraité du football professionnel)

Arrivé à Anderlecht à l’âge de 15 ans, Mark De Man fera ses débuts en équipe première durant la saison 2002-2003. Il s’imposera dans le onze anderlechtois deux ans plus tard pendant trois saisons avant de s’en aller au NAC Breda où il se plante totalement, disputant que sept petites rencontres pour sa première année. Avant son flop dans le club hollandais, De Man va tout de même être sélectionné à 5 reprises chez les Diables Rouges, participant activement à la campagne qualificative pour l’Euro 2008. En 2009, il est de retour en D1 belge sous les couleurs du GBA. Mais à Anvers, sa situation empire. Il ne dispute que onze matchs en un an et demi… Il quitte alors le club pour se relancer dans l’antichambre de l’élite du coté d’Oud-Heverlee Louvain. Chez les Universitaires, il ne jouera pas beaucoup plus et continuera sa dégringolade dans les échelons du football belge en faisant un bref passage à Hasselt en D3, à Veldwezelt en Promotion et pour finir au Stade Bierbeek en Première provinciale du Brabant où il évolue toujours actuellement. Et dire qu’il y a huit ans à peine, il portait le maillot des Diables

Daan Van Gijseghem (26 ans – défenseur central – RAEC Mons)

Celui qui a fait ses débuts en D1 à l’âge de 16 ans sous le maillot de l’Excelsior Mouscron aux côtés d’Alexandre Teklak n’a pas eu la carrière qu’il méritait. La faute à quoi ? Des blessures à répétition et à la malchance.

Daan Van Gijseghem avait pourtant tout d’un grand. Extrêmement calme et mature pour son jeune âge, il s’impose facilement dans la charnière mouscronnoise et dispute plus d’une centaine de matchs avec les Hurlus entre 2004 et 2009. Lorsque le club tombe en faillite, tous les ténors du championnat belge et quelques clubs étrangers se le disputent, mais c’est au final le Club de Bruges qui remporte la bataille et qui le fait signer gratuitement. Après de bons débuts chez les Blauw en Zwart, le jeune talent se blesse à plusieurs reprises et perd peu à peu sa place dans l’effectif brugeois. Trois saisons plus tard, Van Gijseghem veut relancer sa carrière et signe pour trois ans au RAEC Mons. Mais chez les Dragons, club où il joue toujours en ce moment, il ne retrouve jamais le niveau qui était le sien autrefois.

Landry Mulemo (28 ans – arrière gauche – KV Courtrai)

Mulemoa fait toutes ses classes au Standard. En 2004, il était prêté à Saint-Trond. A 18 ans, après trois bonnes saisons chez les Trudonnaires, il revenait à Sclessin. Au début, Mulemosemblait percer chez les Rouches et se faisait même une place dans le noyau des Espoirs belges pourdisputer les Jeux Olympiques de 2008. Mais l'arrivée deSébastien Pocognoli provenance d’Alkmaarl'a renvoyé sur le banc. En juin 2010 Mulemopartait à Bucaspor, en Turquie, mais malgré ses 21 apparitions, il ne pouvait empêcher la relégation du club en division 2.  Le belge d'origine congolaise revenait en Belgique au KV Courtrai en juillet 2011. Toutefois, l'entraîneur HeinVanhaezebrouck lui préférait MustaphaOussalah au poste d'arrière gauche. Il quitte donc le Stade des Eperons d’Or durant l’été 2013 pour y revenir cette saison après deux aventures ratées chez les Israéliens du Beitar Jerusalem et chez les Hongrois de Kaposvári Rákóczi FC. Sacré bourlingueur.

Jonathan Blondel (32 ans – milieu récupérateur – retraité du football professionnel)

Blondel n’aura pas eu de veine durant sa carrière. Celui qui était l’un des chouchous du Jan Breydel Stadion grâce à sa combativité et sa détermination à chaque match a du arrêter sa carrière de footballeur professionnel à cause de ses genoux beaucoup trop fragiles. Pourtant son parcours avait très bien commencé. A l’issue de la saison 2001-2002 où il dispute déjà 18 matchs de D1 avec son club formateur le Royal Excelsior de Mouscron, il est transféré à Tottenham. Il n’a alors que 18 ans à l’époque. Chez les Spurs, il joue très peu mais apprend beaucoup. Après deux saisons en Angleterre, le Club de Bruges vient le chercher et c’est à ce moment-là que Blondel éclate enfin. Avec les Gazelles, il disputera 182 rencontres en 11 ans et sera repris chez les Diables à 4 reprises. S’il avait été épargné par ses pépins physiques, nul doute qu’il aurait pu prétendre à une nouvelle aventure en Premier League, un championnat qui lui irait si bien.

Koen Daerden (33 ans – milieu gauche/axial – retraité du football professionnel)

Formé à Tongres, le fils de Jos Daerden signe à Genk en 2000 lorsqu’il n’avait que 18 ans. Au Racing, il démontre toute sa classe et son habilité balle au pied sur son couloir gauche. Il sera longtemps considéré comme l’une des plus belles promesses de notre football. Après 6 saisons au Limbourg, 162 matchs disputés et 10 sélections en équipe nationale, il s’envole vers le Club de Bruges pour 4 millions d’euros. Un record. Mais en Venise du Nord, Daerden se blesse à plusieurs reprises assez sérieusement et ne confirmera jamais la somme investie pour lui. En janvier 2010, il rejoint le Standard de Liège pour se relancer mais hélas, il n’y arrive pas. Il résiliera alors son contrat avec le club liégeois après avoir été prêté à Saint-Trond lors de la saison 2011-2012. Il s’engagera par la suite en amateur à Maastricht avant de raccrocher définitivement les crampons en décembre 2013 à 31 ans.

Tom De Mul (29 ans – ailier droit – retraité du football professionnel)

Il est sûrement l’un des plus malheureux de ce onze. De Mul n’aura même pas disputé 100 matchs entre 2003 et 2014 (l’année de sa retraite) tant il aura été maudit par les blessures. Sa carrière avait pourtant débuté en trombe. En 2003, il signe à l’Ajax d’Amsterdam après avoir été formé au Germinal Beerschot. Chez les Ajacides, il se fait tout doucement un nom mais c’est après son prêt concluant d’un an du côté du Vitesse Arnhem lors de la saison 2005-2006 que De Mul se révèle réellement. Il confirme l’année suivante lorsqu’il fut rapatrié par le club de la capitale hollandais.

Sélectionné pour l’Euro 2007 avec les espoirs belges, l’ailier supersonique éclabousse de son talent la compétition et se fait recruter par le FC Séville pour 5 millions d’euros ! Mais ches les Andalous, la présence de Jesus Navas à son poste et ses blessures répétitives le freinent considérablement dans sa progression. Il ne joue qu’une dizaine de matchs en un an et demi. Il est prêté alors en fin janvier 2009 au Racing Genk pour se refaire la cerise. Et cela fonctionne plutôt bien ! Avec 4 buts et plusieurs offrandes à son actif, De Mul retrouve la confiance. Mais il la perd de nouveau lorsqu’il se blesse à son retour à Séville. Sa fin est proche. Prêté encore une fois en Belgique en 2010 mais cette fois-ci au Standard de Liège, il ne joue pas un match car il est toujours à l’infirmerie. Lassé de lui, Séville le libère de son contrat. Il n’a que 26 ans et sa courte carrière est déjà terminée.

Tom Soetaers (34 ans – milieu offensif/gauche – retraité du football professionnel)

Il était sûrement l’un des plus beaux pieds gauches belges à l’époque et aurait pu revendiquer à un bien meilleur parcours mais son corps fragile en a décidé autrement. Débutant chez les professionnels au RSC Anderlecht, il rejoint le club néerlandais Roda JC, au cours de la saison 1999-2000 où il devient très vite un titulaire. C'est donc naturellement qu'il devient Diable Rouge en 2002, totalisant 8 matches internationaux.

En 2004, il rejoint le prestigieux Ajax Amsterdam, mais il ne peut s'y imposer. Il revient en Belgique un an et demi plus tard au KRC Genk où il démontre toutes ses qualités pendant ses deux premières saisons mais après avoir terminé deuxième du championnat en 2007, il se blesse gravement et passe quasiment les deux saisons suivantes à l’infirmerie. Il quitte le club limbourgeois pour redonner un sens à sa carrière mais que ce soit à Malines ou bien à Courtrai, il n’y arrivera pas. Soetaers arrêtera le football professionnel en 2012 à l’âge de 32 ans.

Yassine El Ghanassy (24 ans – ailier gauche – Stadbaek)

L’AC Milan, Everton ou encore Manchester City. Voici ces clubs intéressés par El Ghanassy il y a même pas 5 ans. Depuis, beaucoup de choses se sont passées. Aujourd’hui, le joueur est à Stadbaek en Norvège. Celui qui était considéré à ses débuts à La Gantoise en 2008 comme le successeur de Bryan Ruiz ou bien le nouveau Mbark Boussoufa n’est plus que l’ombre de lui-même. La faute en grande partie à des mauvais choix sportifs et à un caractère difficile.

"Il n'était pas facile à gérer sur le plan humain. C'est quelqu'un qui ne comprend pas vite ce qu'on lui demande. Il a un ego immense, il croit qu'il sait tout, et qu'il est le meilleur. Dans le foot, ça peut être une qualité, mais lui ne connaissait pas ses points de travail. Et il devait progresser dans tous les domaines. Il était trop peu ouvert à la critique et aux conseils.", a déclaré un de ces anciens coachs à son propos.

En juillet 2012, après avoir longtemps clamé son envie d’aller voir ailleurs, El Ghanassy est prêté à West Bromwich Albion. Mais en Angleterre, il ne s’impose pas du tout et ne joue que 3 matchs. Il quitte la Premier League 6 mois plus tard pour Heerenveen aux Pays-Bas toujours sous forme de prêt. Là-bas, il retrouve de la confiance et marque 5 buts en 14 rencontres. De retour à Gand pour la saison 2013-2014, il ne reste que quelques mois et file ensuite vers les Emirats arabes unis à Al-Ain pour disputer le reste de la saison. En septembre dernier, il rompt son contrat à La Gantoise. Après plusieurs mois passé sans club, il s’engage en mars en D1 norvégienne à Stadbaek. Tout ça pour ça…

Kevin Vandenbergh (32 ans – attaquant de pointe – Westerlo)

Sept minutes. C’est le temps de jeu qu’a eu Vandenbergh durant cette saison à Westerlo. Barré par Gounongbé, Koffi et Mc Donald, il n’a jamais eu droit au chapitre. Pourtant, ce garçon a des qualités de buteurs indéniables. Il n’est peut-être pas le plus élégant balle au pied mais il sent le but, c’est un vrai finisseur. Ses 66 buts inscrits en 138 rencontres avec le Racing Genk entre 2002 et 2007 le prouvent bien. Il compte également 13 caps chez les Diables Rouges pour 5 réalisations.Mais la suite de sa carrière ne se déroule pas comme prévu. En grande partie la faute à un transfert en 2007 aux Pays-Bas dans le club d’Utrecht qui a accouché d’un échec cuisant. En trois saisons Vandenbergh marque 9 buts pour 22 matchs disputés seulement. Après ce flop, il ne marquera plus aussi facilement qu’avant. Eupen et Malines tenteront de le relancer sans succès. Il retourne donc dans son club formateur Westerlo avec qui il connaitra une descente en D2 et une remontée dans l’élite.

Remplacants : Kenny Steppe (26 ans, Waasland-Beveren), Ritchie Kitoko (26 ans, Asteras), Faris Haroun (29 ans, Cercle de Bruges), Jonathan Legear (28 ans, Standard de Liège), Luigi Pieroni (34 ans, retraité du football professionnel).

Si certains prestent toujours au haut niveau à l'heure actuelle, d'autres ont du définitivement raccrocher les crampons...


Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos