Les Tops et Flops de l'Euro 2016
Hermès Van Damme
| 0 réaction

Les Tops et Flops de l'Euro 2016

Les Tops et Flops de l'Euro 2016
Photo: © photonews

L'Euro 2016 a donc touché à sa fin dimanche soir avec la victoire du Portugal. Mais que faut-il retenir de ce tournoi ? D'abord, on a eu droit à pas mal de surprises et les supporters ont offert plus de spectacle que les artistes du ballon rond.

TOP

L'Islande

Les Islandais ont réalisé un magnifique parcours pour leur toute première participation à un championnat d'Europe. Soutenu tout au long de leur route jusqu'en quart de finale, les héros sont revenus au pays accueillis par une foule en délire. Ils sont aussi à la base du célèbre 'claping' ou 'huh' imité ensuite par d'autres nations.

Petite anecdote assez folle: lors du match contre l'Angleterre (gagné 2-1) seuls 298 Islandais ont regardé un autre programme que ce huitième de finale.

Le Pays de Galles, l'Irlande, l'Irlande du Nord

Grâce à la nouvelle formule de l'Euro à 24 équipes, Nous avons pu découvrir des nations telles que le Pays de Galles (que la Belgique connaissait déjà très bien) mais aussi l'Irlande, l'Irlande du Nord ou encore la Hongrie et l'Islande.

Et en plus de leur belle prestation lors du championnat d'Europe, les Irlandais reçoivent la palme des meilleurs supporters. Chaque jour, ils inventaient un nouveau 'buzz' (la berceuse dans le métro, la déclaration d'amour à une française, les pièces dans la voiture abîmée...) et c'est eux qui sont à la base de l'hymne (des fans) de l'Euro avec le désormais ultra populaire 'Will Grigg's on fire'.

Le Portugal

Cristiano Ronaldo et son Portugal peuvent remercier Platini et consorts. Grâce à la formule à 24 équipes, les Portugais sont parvenus à sortir de leur groupe avec seulement trois petits points. A 16 nations, le Portugal ne serait jamais passé.

Mais cet Euro a surtout montré que le football se joue autant dans la tête que dans les pieds. La 'Seleçao' portugaise s'est montrée mentalement intraitable tout au long du tournoi en jouant sur ses qualités au maximum. Autre exemple: le Pays de Galles. Face à la Belgique, ils ont été surtout plus fort mentalement en attendant leur chance. Même chose pour la France face à l'Allemagne en demi ou l'Islande contre l'Angleterre en huitième.

FLOP

Les bastons des supporters russes

La Russie n'avait même pas encore jouée que ses supporters étaient déjà occupés à foutre le bordel sur le Vieux Port de Marseille. Contre des supporters anglais mais également français, les Russes étaient là pour se battre et rien d'autre. Et c'est bien dommage.

Les stars n'ont pas (vraiment) tenu leur rang

Evidemment, on retiendra les coups d'éclats de Ronaldo, les chevauchées d'Hazard ou les buts de Bale, mais aucune star n'a réellement réussi à tenir la distance. Au début du tournoi, Ronaldo était égoïste et il n'arrivait pas à être décisif. Il est ensuite monté en puissance.

Hazard a été bon mais pas toujours quand on avait vraiment besoin de lui. Lewandowski a traversé l'Euro tel un fantôme, avec un seul but au compteur. Même combat pour Thomas Müller. Pogba était aussi très attendu mais il n'a pas été à la hauteur.

Finalement, les joueurs étaient fatigués après une longue saison en club et c'est surtout le collectif qui a primé tout au long de cet Euro 2016.

Le mot de la fin pour Pierre Deckers et Erik Reynaerts

Une petite attention particulière pour les fans belges. Deux d'entre eux sont tombés au combat: Pierre Deckers est décédé lors du voyage en bus vers Lyon et Erik Reynaerts de 1895 après le match à Toulouse (contre l'Irlande). Encore une fois, la rédaction de Walfoot apporte tout son soutien aux familles.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos