Interview À Eupen, ils ont rapidement reçu le signal que tout le monde serait payé : "Je serais un peu gêné si le contribuable devait payer"

Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction
À Eupen, ils ont rapidement reçu le signal que tout le monde serait payé : "Je serais un peu gêné si le contribuable devait payer"
Photo: © photonews

Si de nombreuses équipes dans la colonne de droite envisagent le chômage technique pour leurs joueurs, cela n'a jamais été le cas à Eupen. Les joueurs, mais aussi les employés du club, ont rapidement reçu le signal que le club voulait faire un effort.

Comme tous les autres joueurs professionnels, le défenseur Siebe Blondelle est à la maison. "Le plus dur est d'attendre et de ne pas savoir où l'on va. La saison va-t-elle s'arrêter là ? Va-t-on jouer un dernier match ou plusieurs ? En attendant, je suis à la maison avec deux petits enfants. Quand les écoles rouvrent-elles à nouveau ? Quand devrons-nous nous entraîner à nouveau ? Mentalement, c'est difficile", admet-il. 

Et comment se maintenir en forme en attendant ? Sans les installations du club, les possibilités sont limitées. "J'essaie de garder la routine de toute façon. Je travaille un peu à la maison et en fin d'après-midi, je vais m'entraîner, marcher... J'essaie de m'asseoir souvent dehors et d'entrer le moins possible en contact avec les autres. Tu peux t'occuper avec deux enfants autour de toi".

Un bon signal du club

Les joueurs d'Eupen sont payés normalement. "Je comprends que tout le monde veuille économiser. C'est une période difficile. La différence pour nous est également très grande en cas de chômage technique. Mais les clubs ont des difficultés. Ils paient sans aucun revenu".

"Je pense que c'est un bon signal d'Eupen qu'ils continuent à payer tout le monde. Nous avons rapidement reçu un message du directeur sportif et financier selon lequel tout le monde recevrait son salaire normalement. Il pousse les gens à continuer à faire leur travail, y compris les employés du club. Je serais même un peu gêné en cas de chômage technique, car c'est le contribuable qui devrait quand même payer. Il est presque impossible de prendre une bonne décision dans ce domaine. J'espère que la situation deviendra normale le plus rapidement possible".

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus d'infos

Plus d'infos