🎥 Au bout du suspense, Charleroi se rapproche de son bonheur européen!
Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction

Europa League: Charleroi efface le Partian et se rapproche des poules de l'Europa League

🎥 Au bout du suspense, Charleroi se rapproche de son bonheur européen!
Photo: © photonews

Charleroi a dû s'arracher, mais le Sporting l'a fait! Les Zèbres sont allés chercher leur qualification pour les barrages de l'Europa League au terme de 120 minutes disputées contre le Partizan (2-1). Le Lech Poznan est le dernier obstacle qui sépare encore Charleroi des poules de l'Europa League.

Alors que son équipe restait sur une convaincante prestation face au Beerschot, Karim Belhocine a décidé d’aligner le même onze de base qu’au match aller pour entamer cette campagne européenne. Guillaume Gillet était donc sur le banc au coup d’envoi. Côté serbe, deux connaissances de Pro League dans le onze d’Aleksandar Sanojenic : Vitas Uros, passé par Malines et Gand, et Lazar Markovic qui a joué six mois au Sporting d’Anderlecht.

Le capitaine pour montrer la voie 

Fidèles aux propos de Dorian Dessoleil et Karim Belhocine, mercredi, en conférence de presse, les Carolos ont entamé la rencontre avec beaucoup d’envie et de caractère, s’arrachant pour récupérer un maximum de ballons. Une bonne entame rapidement récompensée. Un coup de coin à ras de sol de Morioka, une reprise de Kaveh Rezaei brillamment repoussée par le portier serbe et Dorian Dessoleil à l'affut pour pousser le ballon au fond : après dix minutes de jeu à peine, le Sporting ouvrait le score. 

Mais Charleroi n’a pas su enfoncer le clou et c’est le Partizan qui a pris le monopole du ballon. Sans toutefois se montrer dangereux avant la pause. La bonne organisation carolo a mis en échec toutes les tentatives d’incursions serbes, permettant à Charleroi de rentrer aux vestiaires avec l’avantage.

Le changement qui a remis le Partizan dans le match  

C’est finalement la montée au jeu de Seydouba Soumah, au retour des vestiaires, qui a donné plus d’impact au jeu du Partizan. Vif et percutant, l’attaquant guinéen a directement amené le danger dans le rectangle de Nicolas Penneteau. Et si sa première tentative était maîtrisée par Steeven Willems, la seconde allait faire mouche.

Takuma Asano, oublié sur le flanc droit, trouvait son coéquipier dans le rectangle qui n’avait plus qu’à placer hors de portée du portier carolo pour remettre les deux équipes à égalité. Tout était à refaire pour le Sporting et les débats se sont équilibrés et débridés. Avec des occasions de part et d’autre. Dont une possibilité trois étoiles pour l’inévitable Soumah qui plaçait à côté.

Un superbe coup-franc pour libérer les Zèbres 

Dix minutes plus tard, c’est Maxime Busi qui avait la balle du 2-1 au bout du pied. Après une combinaison avec Kaveh Rezaei, le jeune latéral carolo croisait un peu trop sa frappe et le cuir allait mourir à quelques centimètres du poteau droit de Vladimir Stojkovic. En toute fin de rencontre, c'est un coup de tête de Dorian Dessoleil qui a fait frémir le staff carolo, mais là encore, le ballon passait juste à côté de la cible. 

90 minutes n'ont donc pas suffi pour départager les deux équipes, les 22 acteurs en ont repris pour 30 minutes supplémentaires. Et c'est Charleroi qui a entamé ces prolongations par le bon bout. Avec de belles opportunités pour Kaveh Rezaei et Shamar Nicholson, tous les deux contrés. 

Petit à petit en train de prendre le dessus physiquement, Charleroi a finalement trouvé l'ouverture dès l'entame de la seconde période des prolongations. Via un superbe coup-franc direct de Kaveh Rezaei. Le plus dur était fait, même si Charleroi a dû serrer les dents jusqu'au bout, pour résister au Partizan et à une fin de match stressante. Mission accomplie pour Karim Belhocine et ses hommes qui ne sont plus qu'à 90 minutes (ou 120) d'une qualification historique pour les poules de l'Europa League.  

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos